Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


(Ex)-pression

Publié par Benoit Willot sur 5 Septembre 2014, 00:02am

Catégories : #conseil municipal, #information

Jean-François Clair
Jean-François Clair

L’article 2121-27-1 du Code général des collectivités territoriales est très précis « lorsque la commune diffuse, sous quelque forme que ce soit, un bulletin d’information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, un espace est réservé à l’expression des conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale ».

Or, depuis avril et jusque cet été, la nouvelle municipalité de Joinville-le-Pont – composée des mêmes anciens, voire très anciens élus - diffuse des Joinville Mag’ dans lesquels l’opposition n’avait pas droit d’écrire un mot. Le maire s’appuyait sur un aspect technique pour interdire une telle insertion : « Les modalités d’application de cette disposition sont définies par le règlement intérieur » ; il suffisait donc de faire traîner l’adoption du règlement intérieur et de prétendre que celui du mandat précédent ne s’appliquait pas pour réussir à museler ceux qui ne pensent pas tout-à-fait comme le maire.

L’esprit de la loi et son texte sont clairs, mais la majorité communale a voulu gagner du temps, faire passer quelques pilules amères (7% d’augmentation d’impôts) en étant seule à pouvoir s’exprimer dans les médias officiels. Mais les manœuvres dilatoires ne peuvent durer trop longtemps : le bulletin de septembre a bien été obligé d’insérer les tribunes libres écrites par les deux listes d’opposition. Pourtant, ultime petitesse, on a interdit aux minoritaires d’insérer leur photo dans le journal local, comme cela se faisait pourtant depuis toujours.

Que lisons-nous dans les trois tribunes de septembre ?

Les anonymes « élus de la majorité municipale » assurent « maintenir le service public de qualité » sans s’expliquer d’ailleurs sur la suppression d’une navette de ramassage scolaire qui faisait pourtant bien partie de ce service public.

Jean François Clair (Ps), au nom de la liste Unis pour Joinville-le-Pont (gauche et écologistes), remarque les « relations despotiques entretenues et voulues par la municipalité avec les élus de l’opposition », remarquant que ces derniers n’ont même pas pu s’exprimer sur l’organisation des écoles à la rentrée scolaire avec le réaménagement des rythmes scolaires, pas plus que sur la suppression de la fameuse navette.

Quant à Olivier Aubry (divers droite), il critique un « mauvais départ ». S’intéressant à l’urbanisme, il estime que « l’augmentation de l’offre de logements s’accompagne inévitablement d’une demande accrue de services et d’équipements » reprochant à la commune de ne pas adapter le nombre de places dans les écoles à la nouvelle demande et soulignant que « les problèmes du quotidien, tels que le stationnement, la circulation se trouvent donc amplifiés. »

Voici donc la photos d'un élu d’opposition, puisque le maire refuse de l’exposer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents