Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


La libération de Joinville-le-Pont et son comité

Publié par Benoit Willot sur 6 Septembre 2014, 00:02am

Catégories : #histoire, #Histoire politique de Joinville

Célébration de la libération de Joinville-le-Pont
Célébration de la libération de Joinville-le-Pont

C’est le 20 août 1944 que le comité de Libération de Joinville-le-Pont occupe la mairie assurant ainsi la fin du régime d’occupation dans la commune. Le 22 août, des membres des FFI, des FTP et des cheminots résistants avaient dressé des barricades sur le pont et rue Chapsal. Le 25 août, de violents combats ont lieu sur le pont de Joinville, faisant 19 tués parmi les français.

Le comité local de libération assure une autorité transitoire, puisqu’il va céder la place le 13 octobre 1944 à une délégation spéciale, mise en place officiellement – sur sa proposition – pour remplacer la municipalité désignée par les autorités de Vichy. Il continuera cependant d’exister en tant qu’instance représentative des mouvements de résistance.

Le président du comité est Henri Drevet, qui représente le mouvement « Ceux de la Résistance » et est affilié au parti radical-socialiste. Né en 1886 au Mans (Sarthe), il est commerçant et se marie en 1910 à Joinville avec Blanche Berthelot. Il va siéger en tant qu’adjoint dans les municipalités de gauche jusqu’en 1947, puis démissionnera de cette fonction suite à un désaccord avec le maire communiste Robert Deloche ; il siègera alors en tant que conseiller municipal. Henri Drevet meurt en septembre 1966 à Chartres (Eure-et-Loir).

Les autres membres du comité étaient Léon Berthet, socialiste Sfio ; André Blocher, Arac (anciens combattants de 1914-1918) ; François Decrombecque, représentant l’OCM (Organisation civile et militaire, gaulliste) ; Robert Deloche, communiste, qui devient maire de Joinville ; René Henry, délégué par le mouvement Libération ; Pierre Lambert, mentionné comme indépendant ; André Malcouronne, au titre du syndicat Cgt ; Victor Mathieu, délégué du Front national (mouvement de résistance, proche du Pcf) ; Moutenot et Maréchal, venant du Mouvement de libération nationale MLN ; et enfin, la seule femme, Amélie Trayaud, qui est là pour la branche féminine du Front national – elle sera en 1953 maire de Joinville-le-Pont.

La commémoration du 70ème anniversaire de la Libération a lieu dimanche 7 septembre 2014 à 10h15 sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Joinville-le-Pont.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents