Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Montchamp avec Macron (elle aussi)

Publié par Benoit Willot sur 28 Mars 2017, 10:26am

Catégories : #Présidentielle, #Ump

En tant que suppléant des candidates socialistes Nadine Bogossian en 2002 et 2005 puis Monique Joubert en 2007, je fus l’adversaire de Marie-Anne Montchamp, qui représenta la droite dans l’ancienne 7ème circonscription du Val-de-Marne, qui couvrait les villes de Nogent-sur-Marne et Joinville-le-Pont.

Marie-Anne Montchamp l’emporta, éliminant en 2002 l’ancien maire de Joinville Pierre Aubry puis battant les candidates de gauche (et donc moi aussi). Son parcours parlementaire plutôt brillant, car elle était la seule femme parmi les douze députés du Val-de-Marne, la fit remarquer et elle rejoint les gouvernements Villepin puis Fillon. Par contre, elle échoua à conquérir la mairie de Nogent.

La réforme électorale de 2007 supprima sa circonscription. Aujourd’hui, Marie-Anne Montchamp vient de prendre position pour Emmanuel Macron.

Si j’ai été son adversaire résolu, je n’ai jamais manqué d’apprécier l’engagement social et humain de Marie-Anne Montchamp. Je salue aujourd’hui son engagement au côté du candidat d’En Marche !

Si mon choix pour Emmanuel Macron est celui d’un homme de gauche de toujours, je ne peux que me réjouir de voir des militants d’une droite humaniste rejoindre sa candidature.

Ci-dessous, l’entretien de Marie-Anne Montchamp publié par Franceinfo (28/03/2017).

franceinfo : Vous avez travaillé avec Nicolas Sarkozy et François Fillon, pourquoi décidez-vous de rallier Emmanuel Macron ?

Marie-Anne Montchamp : Emmanuel Macron a le projet le plus innovant, le plus en phase avec la société d’aujourd’hui. Le plus réaliste. C’est le fond qui m’intéresse. J’ai consacré toute ma vie à un combat extrêmement impliquant pour des personnes en situation de handicap, pour la dépendance, pour notre modèle de protection sociale. Notre pays a besoin de renouveler le cadre, de renverser la table. Dans une logique partisane, il y a une très forte dimension de discipline et c’est peut-être ce que les Français ne comprennent plus. À un certain moment, faire la politique, c’est faire des choix, c’est prendre ses responsabilités, ce n’est pas chercher à faire plaisir, c’est ce qui m’inspire, c’est essayer de répondre aux attentes des Français. C’est ce qui motive mon choix.

François Fillon aussi veut aussi renverser la table, vous n’y croyez pas ? Les affaires ont joué un rôle dans votre décision ?

Le brouillage est tel qu’il est impossible de traiter les questions de fond et ça n’est pas possible. Oui, bien sûr, on peut prendre des postures, il y a des effets de manche et il y a des projets mais quand on regarde les projets, il y a des choses qui s’imposent. Si on prend la question du financement de la protection sociale, le fait de dire que les dépenses de santé dans notre pays ne vont pas se réduire, mais qu’il faut se donner les moyens d’y faire face, c’est quelque chose d’extrêmement important auquel les Français sont attachés. (…)

A vos yeux, Emmanuel Macron est-il un homme de droite ou de gauche ?

Je me contrefiche de savoir si c’est un homme de gauche ou de droite, ce qui m’intéresse c’est le projet qu’il porte et de savoir avec quelle force il sera capable de défendre ses convictions sur notre modèle social. Les gens qui se rassemblent, ce sont eux qui contribueront à l’élection du meilleur candidat pour notre République, et je pense que c’est Emmanuel Macron.


Marianne Montchamp à Nogent en 2005

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents