Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 00:07
Le quotidien l’Humanité (15/11/2007) publie, sous la plume de Mina Kaci, un reportage à Joinville-le-Pont sur la famille Merrain : Charles, ancien maire-adjoint de Joinville-le-Pont (1977-1983), Marie-France Astégiani, sa fille, ainsi que Muriel et Agnès, ses petites-filles.
L’ensemble de l’article est un témoignage passionnant. J’en livre ici quelques extraits.
« En découvrant ses racines, Marie-France Astegiani-Merrain se reconstruit et délivre son père et ses filles du fardeau qui pèse sur cette famille descendant d’esclaves. »
Marie-France Astegiani-Merrain raconte son enfance : « Je lissais et plaquais mes cheveux, mettais du fond de teint très clair sur le visage. Mon grand-père me répétait sans cesse de ne pas me faire remarquer, d’être sage et exemplaire. Comme lui l’avait été dès son arrivée en métropole, pour défendre la “mère patrie” lors de la Première Guerre mondiale ».
En recherchant l’origine de sa famille, elle découvre que l’aïeule de son grand-père était une esclave. « Le mot est horrible, il évoque des sous-hommes. J’ai ressenti une révolte intérieure, j’ai compris le racisme et je n’ai plus accepté d’être salie. »
Marie-France s’engage au sein de l’Association des descendants d’esclaves noirs et de leurs amis (ADEN), dont elle devient vice-présidente en 2005. Pour son père, « entendre sa fille Marie-France nommer l’innommable lui a permis d’entrer à petits pas dans cette douloureuse histoire ». Sa petite fille, Agnès, estime que « l’explication nous a enfin libérés. »
La grande affaire de Marie-France Astégiani, au mois de novembre, aura été l’organisation de l’important colloque à Dakar et Gorée (Sénégal) sur la mémoire de l’esclavage. Voir mon article : Dakar / Val de Marne : regards croisés sur la traite négrière.
Astegiani-MF.jpg Marie-France Astegiani-Merrain

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans droits de l'homme
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes