Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 00:07
Les villes proches du Bois de Vincennes représentent, si l’on y ajoute Saint-Maur, près de 20% de la population du Val de Marne. Mais la dimension humaine, économique et écologique du bois est souvent occultée.
Lors d’une rencontre tenue à la Cartoucherie du Bois de Vincennes, le 20 novembre 2007.dialogue sept candidats aux élections municipales et quatre aux élections cantonales de mars 2008 ont affirmé leur volonté de d’agir en intercommunalité, de recréer un dialogue avec Paris, de mettre fin de la politique consistant à « tourner le dos au Bois » et de rendre le Bois de Vincennes aux habitants des communes limitrophes et en particulier aux enfants des classes populaires.
Le texte a été rédigé par les candidats suivants aux municipales, Gilles-Maurice Bellaïche, Charenton-le-Pont ; David Dornbusch, Fontenay-sous-Bois ; Benoit Willot, Joinville-le-Pont ; William Geib, Nogent-sur-Marne ; Geneviève Touati, Saint-Mandé ; Philippe Rosaire, Saint-Maur ; Emmanuelle Debrenne-Dehay, Vincennes. Pour les cantonales, les signataires sont Michon, Fontenay-sous-Bois – Ouest ; Aline Baldinger, Joinville-le-Pont ; Sandra Provini, Saint Mandé ; Patrice Azan, Vincennes – Ouest.

Il sera ensuite proposé aux partenaires de chaque liste et aux élus parisiens.
« Pour une gouvernance partagée du Bois de Vincennes et de ses abords »
Un espace populaire
Le Bois de Vincennes comporte des équipements sportifs, culturels ou touristiques qui sont d’un intérêt majeur pour les parisiens, bien sûr, mais également pour les tous les franciliens et pour les riverains val-de-marnais en particulier. C’est un espace dont le caractère populaire doit être préservé.
En avril 2003, une signée Charte d’aménagement du bois de Vincennes était signée entre le maire de Paris et les élus de huit communes, dont sept riveraines, (Charenton-le-Pont, Fontenay-sous-Bois, Joinville-le-Pont, Maisons-Alfort, Nogent-sur-Marne, Saint-Mandé, Saint-Maurice, Vincennes) ainsi que le Conseil général du Val-de-Marne et le Conseil régional d’Ile-de-France.
Cette charte posait le principe d’un aménagement durable et d’une gestion associant les usagers et riverains des villes du Bois. L’application de la charte a connu des effets positifs, notamment en matière de préservation de l’espace boisé et de la limitation de la circulation et des problèmes de sécurité. Mais le processus engagé a aussi montré ses limites. Pour une nouvelle étape dans la coopération entre les riverains
Nous pensons qu’il faut, au-delà du seul aspect écologique, prendre en compte le Bois de Vincennes dans toute sa dimension. C’est un lieu culturel, avec ses théâtres, ses monuments, ses évènements. C’est une destination touristique, de l’Hippodrome au parc floral et du zoo au château de Vincennes. C’est un haut lieu de la pratique et de la préparation sportive. C’est aussi un territoire éducatif et de recherche, avec l’école du Breuil, celle de la police, l’INSEP…
Le potentiel du Bois de Vincennes souffre aujourd’hui de ce qu’il n’est guère ouvert sur les communes alentour : les voies cyclables se limitent généralement au Bois, les riverains ne savent pas grand chose des activités qui y sont proposées, les transports en commun sont peu nombreux.
Nous pensons qu’il faut passer aujourd’hui à une nouvelle étape de la collaboration entre les collectivités concernées par le Bois de Vincennes. Il nous paraît intéressant de mettre en place une co-gestion, une gouvernance partagée d’un espace essentiel pour tous les riverains. Cette collaboration devrait se situer dans une perspective d’assurer une continuité et un usage collectif du Bois et de ses abords, notamment des rives des fleuves Seine et Marne.
Les objectifs initiaux de cette collaboration pourraient être d’assurer une desserte des lieux culturels depuis les villes riveraines et de construire une continuité entre les réseaux cyclables. 

Vers une intercommunalité autour du Bois de Vincennes
La coopération entre les villes riveraines pourrait prendre la forme d’une intercommunalité dans laquelle chacun partagerait, au prorata, les charges et recettes et participerait à la décision.
Ce serait une étape dans la construction d’une métropole parisienne, respectueuse de ses habitants, ambitieuse dans ses projets, exigeante sur le plan environnementale, et dynamique en matière culturelle.
Dans le Bois de Vincennes, le 20 novembre 2007
CIMG0967.JPG Réunion des candidats, Cartoucherie du Bois de Vincennes, 20 novembre 2007

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans coopération intercommunale
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes