Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Tectonique des Bords de Marne

Publié par Benoit Willot sur 29 Novembre 2007, 00:09am

Catégories : #urbanisme

Luc Gwiazdzinski, économiste et Gilles Rabin, géographe, ont parcouru à pied, pendant dix jours, la banlieue parisienne peu de temps après les émeutes de novembre 2005. Ils livrent leurs notes et impressions, ainsi que le résultats des quatre rencontres-débats (à Nanterre, Ivry, Clichy et Paris) dans un livre paru en 2007, Périphéries. Un voyage à pied autour de Paris. Paris: L’Harmattan, coll. «Carnets de ville».
Leur parcours, de 150 kilomètres, leur fit traverser trente communes.
On retrouvera une présentation de leur livre dans le compte rendu du premier Forum des autorités de périphéries, qui s’est tenu en mars 2006.
Partis de Nanterre, revenus au même lieu, ils ne sont pas passés par Joinville-le-Pont, mais s’en sont fortement approchés puisque leur périple les a conduits dans le Val de Marne à Fontenay-sous-Bois, Nogent, Champigny, Saint-Maur, Créteil, Alfortville, Vitry, Ivry, au Kremlin-Bicêtre et à Gentilly.
Ils proposent une « première typologie contrastée de territoires traversés », distinguant trois grands ensembles, qu’ils définissent comme « trois plaques tectoniques » : « Paris et les nouveaux arrondissements » (Paris, Nanterre, Issy-les-Moulineaux, Vanves, Montrouge…) - c’est pour les auteurs le « Paris RATP » ; la plaque « 93 », Saint-Denis, Saint-Ouen, Clichy, Fontenay-sous-Bois, Bondy - c’est pour Gwiazdzinski et Rabin « l’industrie qui s’efface » ; enfin, « la Marne vitrifiée » (Joinville-le-Pont, Maisons-Alfort, Rosny-sous-Bois) – où ils voient « la démocratie du sommeil ».
À côté de ces grands territoires, ils désignent des zones sismiques de frottement, où peut se faire et se défaire l’articulation « centre-périphérie » : Les Quatre temps la défense, Châtelet les Halles, Macval, Théâtre des amandiers, Le T3 à Saint-Denis. Ils identifient aussi des « périphéries dans la ville », là oùles banlieues ont pris possession de l’espace public (Châtelet, les Champs-Elysées, les Grands Boulevards). Enfin, ils repèrent des « espaces insulaires », qui semblent déconnectés de leur environnement proche : Hôpital Charles Foix, Ile Saint Germain, Basilique Saint-Denis, Quartier point du jour à Boulogne, Chinagora.
En matière de perspective, Gwiazdzinski et Rabin plaident pour un le co-développement, préférable selon eux à l’intégration des marges urbaines les plus proches par le centre. Pour eux, « le bon niveau en terme de citoyenneté est sans doute infra-communal, à l’échelle de quartier de 15 000 à 20 000 habitants ». Ils plaident ainsi pour des maires de quartiers élus au suffrage universel. Ils insistent surtout sur le « devoir d’innovation ».
peripherie.jpg
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents