Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 00:05
L'Association pour le contrat mondial de l'eau (ACME France) a organisé le 12 décembre 2007 un rassemblement d’élus et militants de Paris, des Hauts de Seine, de Seine Saint Denis et du Val de Marne devant le siège du syndicat des eaux d’Île de France (SEDIF), auquel j’ai participé.
L’objectif était de remettre une pétition contre la surfacturation et le gaspillage de l'eau en Île de France, qui avait déjà reçu, à cette date, la signature de 2 724 personnes. La directrice générale adjointe du SEDIF, Sophie Francheteau, a réceptionné la pétition avant de la transmettre au président, le secrétaire d’État chargé de la fonction publique et maire (Nouveau Centre) d'Issy-les-Moulineaux, André Santini.
Joinville-le-Pont est adhérente au SEDIF, comme 144 communes d’Île de France, dont la plupart des villes voisines (sauf Saint Maur). Le syndicat dessert 4 millions d'habitants.
Nous avions choisi cette date du 13 décembre parce que c’est celle où le conseil syndical du SEDIF s’est réuni pour décider du prix de l'eau en 2008. Une augmentation de 2% du prix de l'eau a par contre été entérinée. Une trentaine d'élus d'Ile-de-France avaient déposé auprès du Sedif une proposition de délibération sur une baisse immédiate du prix de l'eau de 20%. Mais André Santini a refusé d'inscrire cette proposition à l'ordre du jour lors de la réunion du comité du Sedif.
La pétition dénonce la « surfacturation et le gaspillage de l'eau en Île de France ». Pour l’Acme, il est possible d'obtenir une baisse significative du prix de l'eau comme cela vient d'être le cas dans la communauté d'agglomération du Grand Lyon (-16%) ou à Sète (-25%). En Île de France l’association exige une baisse significative de l'ordre de 20% du prix de l'eau.
Une enquête du journal « Que Choisir » publié par l’Union fédérale des consommateurs évoque « marge de 58,7 % » sur le prix de l'eau dans la région.
En 2010, le contrat qui lie le SEDIF au groupe privé Veolia arrive à échéance. L’Acme demande aux élus locaux d'envisager le retour à une gestion publique. En attendant, l’association souhaite ouvrir en grand le débat et que s’engage un audit sur la gestion actuelle
Christian Métairie (Gauche Citoyenne) est maire adjoint d'Arcueil (Val-de-Marne), président de la Communauté d'agglomération du Val de Bièvre, membre de l'Acme et élu au Sedif. Il est favorable à un passage en régie pour toute la région: « Je suis parmi ceux qui pensent que le fait que l'on ait une délégation conduit à une surfacturation du prix de l'eau. »
Philippe Kaltenbach président de la communauté d'agglomération Sud-de-Seine (Bagneux, Clamart, Fontenay-aux-Roses et Malakoff) et maire PS de Clamart : « Alors que l'on devrait avoir l'eau la moins chère de France du fait de la densité de population et de l'abondance de l'eau, on a l'eau la plus chère. On constate tout de même que les élus sont de plus en plus sensibles à ce sujet et que les citoyens poussent derrière. C'est d'ailleurs la première fois qu'au sein du Sedif on aborde la question d'une baisse du prix.
« Dans des villes comme Bordeaux ou Lyon, les passages en régie ont été des réussites et ont permis des baisses de prix immédiates. Même le maire de Paris s'est positionné en faveur d'un passage à la régie lors du renouvellement du contrat de délégation. Fin 2008, tout va se décider. Il faut que les listes électorales se positionnent là-dessus. Ce n'est pas un choix politique, c'est une question d'intérêt général. »
Pour ma part, je défends également le retour à une gestion de l’eau en régie, pourquoi pas en collaboration avec des communes voisines ou dans le cadre d’une intercommunalité.
Acme.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans gestion communale
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes