Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Situation sociale et fracture générationnelle : l'analyse de Jean-Pierre Le Goff

Publié par Benoit Willot sur 4 Janvier 2006, 07:00am

Catégories : #rencontres et débats

Il existe une association de syndicalistes qui se posent la question de leur engagement politique et qui recrute notamment dans l’Est parisien (et en particulier le Val de Marne).

L’Association de réflexion et d’échange sur la place et le rôle des acteurs sociaux (Arepras) constate que le monde syndical et le monde politique se connaissent de moins en moins. Bon nombre de personnes adhérentes à la fois à un syndicat et à un parti vivent des contradictions qu'il peut être utile de débattre ensemble. Pour l’Arepras « que l'on soit acteur social ou responsable politique, il est nécessaire de se comprendre si l'on veut transformer la société quelque soit notre place ou notre statut ».

Jean-Pierre Le Goff, auteur notamment aux éditions de La Découverte de Mai 68, l'héritage impossible, 1998 ; La Barbarie douce, 1999 ; et La démocratie post-totalitaire,  2002. Il était le 30 novembre 2005 devant l’Arepras et présentait son analyse de la situation sociale actuelle.

Pour Jean-Pierre Le Goff, le fossé générationnel actuel est plus important qu’il ne l’était en 1968. On avait, à l’époque, des héritiers rebelles, mais qui se situaient par rapport à la génération qui avait fait la résistance. On a aujourd’hui une fracture, avec rupture de la transmission.

Les jeunes, dans les cités notamment, n’ont pas de rapport avec la tradition du mouvement ouvrier. C’est ce qui fait que le sociologue conclut que le mouvement ouvrier (s’il reste une réalité historique) n’est plus l’acteur central de la société.

Il pense que le malaise actuel est culturel, avant même d’être social ou politique. L’émiettement des revendications, dans une société individualiste, témoigne bien de l’incapacité des Français à s’inscrire dans une histoire et un projet collectifs. 

Après lui, il faut se demander si on peut-on réinventer une nouvelle citoyenneté, et alors dans quel cadre ?

  Jean-Pierre Le Goff, sociologue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

erreur de p^hoto 09/02/2006 09:52

Bonjour
Je suis le fils de Jean Pierre LE GOFF, que vous citer dans votre article.
C'est  juste pour vous dire que la photo affiché a coté de son nom, ce n'est pas lui....
Merci de mettre une photo correspondante.

Benoit Willot 24/02/2006 23:58

C'est rectifié, merci.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents