Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


17 octobre 1961 : leur seul tort, être Nord-Africains

Publié par Benoit Willot sur 16 Octobre 2011, 23:04pm

Catégories : #histoire

Le 17 octobre 1961, il y a 50 ans, une manifestation est organisée par le Fédération de France du FLN (Front de libération nationale) en faveur de l'indépendance de l'Algérie à Paris. Interdite, elle fait l’objet d’une répression sanglante et des dizaines d'Algériens sont tués (les sources divergent sur le chiffre exact). Les forces de l'ordre étaient dirigées par le préfet de police Maurice Papon, plus tard mis en cause pour crime contre l’humanité pour son attitude pendant l’occupation.

Les manifestants sont internés dans des centres de détention pendant quatre jours et certains auraient été victimes de violences.

Peu de récits directs sont disponibles. Il en existe cependant et, du côté policier, on a le témoignage d’Édouard Gente, ancien maire-adjoint (Ps) de Joinville-le-Pont.

Il est cité dans le livre de Jean-Luc Einaudi, La bataille de Paris, 17 octobre 1961, et a été recueilli en novembre 1986. Né en 1921, militant syndicaliste, Édouard Gente est décédé en 2004. 

Voici la citation du livre de Jean-Luc Einaudi :

Édouard Gente est brigadier au poste de police de l’Hôtel de Ville de Paris, place Baudoyer. De temps en temps, il est de garde au CIV. Il n’aime pas y aller. Les bâtiments sont d’anciens garages construits par l’occupant allemand dans le bois de Vincennes. C’est gris et triste. Il a un peu peur aussi : si les Algériens se révoltaient ? Dieu merci, se rassure-t-il, ils ne bougent pas. « J’ai vu des gars, se souvient-il, qui avaient combattu dans l’armée française pendant la guerre, eh bien ils étaient là comme les autres… » Si Édouard Gente n'aime pas aller à Vincennes, c'est aussi parce qu'il a honte. «Ces pauvres types, se rappelle-t-il, les trois quarts étaient là parce qu'ils avaient été ramassés. Mais qu'est-ce qu'ils avaient fait? Rien. Le seul tort qu’ils avaient, c’était d’être Nord-Africains. »

Ø      Jean-Luc Einaudi, La bataille de Paris, 17 octobre 1961, Le Seuil, 1991

 

1982-Gente.jpg Edouard Gente en 1982

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents