Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 23:13

Tarak Ben Ammar, propriétaire de la quasi-totalité des industries françaises du cinéma (dont GTC et les Auditoriums à Joinville-le-Pont) en même temps que producteur et distributeur, mais aussi diffuseur, a écrit, le 22 février 2008 une « lettre circulaire » aux réalisateurs et aux producteurs. Le masculin est de rigueur, car l’homme d’affaires tunisien écrit « Monsieur et cher Confrère », ignorant peut-être qu’il y a quelques femmes dans ces fonctions…

Avec ce courrier, Tarak Ben Ammar, répond aux inquiétudes des réalisateurs français qui s’étaient exprimé dans un communiqué de presse le 19 décembre 2007. Il prend des engagements concernant la dimension patrimoniale des œuvres, le rôle des industries techniques dans la lutte contre le piratage, la concurrence au sein de la filière de postproduction et sur le maintien de la diversité des œuvres cinématographiques.

Trois sociétés d’auteurs et de réalisateurs, l’ARP, la SACD et la SRF prennent bonne note de ces engagements et en observeront le respect dans les mois à venir.

En prenant le contrôle total du Groupe Éclair en décembre 2007, Tarak Ben Ammar est à la tête d’un groupe réalisant un chiffre d'affaires de 160 millions d'euros avec un effectif de 820 salariés. Quinta communication, holding du groupe, est propriétaire de la totalité des laboratoires cinématographiques français : Éclair et LTC, mais aussi GTC et LNF.

Dans la partie de sa lettre consacrée aux « modalités de la consolidation » du groupe qu’il a constitué, Tarak Ben Ammar donne quelques précisions sur la gestion future. La fusion des différentes entités du groupe est programmée :

« Dans le but d’atteindre des marges d’exploitation capables de permettre des investissements à même de maintenir notre appareil de production à la hauteur de vos attentes, nos équipes dirigeantes entendent s’attaquer en priorité à la réduction des coûts, en profitant d’une certaine taille critique et de nombreuses synergies. C’est pourquoi les différentes entités du groupe seront gérées comme une seule, et ce tout en maintenant l’existence des marques Éclair, LTC, GTC, DURAN. »

Le dirigeant du groupe parle aussi de la fin du film chimique et de l’avenir du numérique : « Il serait en effet déraisonnable de vouloir la disparition d’entreprises dont la durée de vie a été évaluée à quelques années dans le  rapport Goudineau « Adieu la pellicule » (août 2006) (…) Nous voulons construire ensemble le cinéma numérique de demain. »

On retrouvera l’intégralité de la lettre de Tarak Ben Ammar sur le site de Quinta Industries, la branche technique de son groupe de communication.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans cinéma et jeux vidéo
commenter cet article

commentaires

nouchema 23/06/2008 16:24

Le pire reste à craindre depuis l'annonce de vendredi dernier : "L'homme d'affaires Tarak Ben Ammar a
renoncé, vendredi 20 juin, à acquérir le Laboratoire Eclair." - Le Monde daté du dimanche 22/06/08Le défaut de vision globale et le risque d'un retour de guerre des prix va conduire les laboratoires à revoir leur stratégie, et la vairiable d'ajustement risque bien d'être le personnel ... :(cordialementnouchema

nouchema 03/04/2008 01:16

Oui, la question de l'avenir de la photochimique, et de la gestion de la transition se pose aujourd'hui.à savoir si le fait que l'ensemble de la profession ne soit plus géré que par une seule entité soit une bonne chose ?Le passage au numérique risque de faire de la casse sociale du côté des salariés des 3 laboratoires photochimiques.La seule certitude est, qu'avant l'entremise de M. TARAK BEN AMAR sur l'ensemble des 3 principaux laboratoires de photochimie, la guerre concurrentielle était bien trop forte pour permettre de réaliser des marges dans chacun des laboratoires.Le risque de déficit, et donc de plans sociaux était, alors, omniprésent.Le fait qu'une seule et même personne gère ces 3 laboratoires permet d'espérer que la guerre des prix cessera, et que les marges une fois retrouvées, permettent de réfléchir à une transition plus en douceur pour les salariés concernés par ce changement de technologique."Affaire à suivre", donc, comme dirait l'autre.bien cordialementnouchemaps : jolie photo ;) 

Benoit Willot 04/04/2008 13:09


La concentration a des avantages, mais elle inquiète aussi les professionnels. D'autant qu'il n'est pas certain qu'elle s'arrête dans les frontières nationales...


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes