Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

13 avril 2008 7 13 /04 /avril /2008 10:40

Près de deux cents personnes se sont rassemblées samedi 12 avril 2008 à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) en hommage à Baba Traoré, le Malien qui s'est noyé le 4 avril dans la Marne. C’est la troisième manifestation à Joinville en huit jours après celles du 5 et du 6 avril.

La manifestation, qui était à l'appel du « 9ème collectif de sans-papiers »  avait également pour objet de dénoncer les centres de rétention. Partie du RER de Joinville, la manifestation s’est rendue en bords de Marne. Elle devait ensuite se rendre au centre de rétention de Vincennes, situé en fait sur la commune de Paris, dans le Bois de Vincennes. Mais la police lui a interdit d’approcher.

Les manifestants étaient rangés derrière une banderole où était écrit « Chunlan Liu, John Maïna, Baba Traoré, assez de morts, régularisez maintenant ». Ils ont observé une minute de silence et ont déposé quelques fleurs. Parmi les manifestants, si les membres du collectif de sans-papiers étaient les plus nombreux, on notait la présence de représentants du réseau éducation sans frontières de Joinville-le-Pont. La manifestation s'est déroulée dans le plus grand calme.

Nagnouma Koné, sœur de Baba Traoré, présente dans le défilé, a exprimé son « incompréhension » des circonstances de la mort de son frère, accusant de « non assistance à personne en danger » les policiers qui avaient tenté de le contrôler. « On aurait pu sauver Baba, les policiers pouvaient se jeter à l'eau, on n'a pas voulu sauver Baba, qui ne savait pas nager et avait peur de l'eau », a-t-elle affirmé. Plusieurs témoins oculaires m’ont également fait part de leur étonnement de la passivité des policiers sur place.

L'autopsie, effectuée lundi, a conclu à un « décès par noyade » à la suite d'un choc thermique, avec une eau à 6 degrés. Le jeune homme était venu en France en 2004 pour donner un rein à une de ses sœurs. En situation régulière jusqu'en cours d'année 2007, Baba Traoré était depuis janvier sous le coup d'un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière délivré par le préfet de Seine-Saint-Denis (il résidait à Neuilly-Plaisance).

« La chasse à l'étranger a pour conséquence des drames humains et ça risque de continuer si Sarkozy va dans le même sens, la régularisation est la seule solution juste et humaine », a déclaré à l’AFP Bahija Benkouka, coordinatrice du « 9ème collectif de sans-papiers » .

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article

commentaires

Debbie 14/04/2008 18:43

On meurt à Joinville, on manifeste à joinville...mais toujours aucune communication officielle de la part de la mairie. Silence gêné ou accord profond avec cette politique anti-immigration? Les 2 mon capitaine?....

Benoit Willot 15/04/2008 00:43


Emmanuelle Conrad, maire adjointe, nous annonçait un "hommage officiel" du maire. Mais nous n'en avons pas entendu parler.


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes