Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 17:48

Catherine Coroller, qui signe un article dans le quotidien Libération (18/04/2008), estime que « Baba Traoré [est] en passe de devenir un symbole ». Elle relève que plusieurs associations contestent la version officielle du décès du sans-papiers malien le vendredi 4 avril à Joinville-le-Pont.

Elle rapporte également les déclarations, que je connais, d’un riverain qui s’étonne de la tardiveté de l’intervention policière. Voici des extraits de son papier :

« Plusieurs associations dont Gener’Actions unies et l’Alliance nord citoyenne (ANC) préparent des actions «pour demander justice et vérité», explique Mam, un de leurs animateurs. Pour lui, beaucoup de questions restent sans réponses sur les circonstances de la mort de ce sans-papiers. Selon la version officielle, Baba Traoré a fait l’objet d’un contrôle des titre de transport à la gare de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne). Il a présenté sa carte Navigo sans document d’identité, et a pris la fuite lorsque les policiers ont voulu vérifier son identité dans leur fichier. Les agents l’ont alors poursuivi sur environ 400 mètres avant qu’il ne se jette depuis une passerelle dans la Marne. Il est mort d’un choc cardiaque.

« Pour Mam, cette version présente des lacunes. «Baba Traoré ne savait pas nager, il avait peur de l’eau, alors sa famille ne croit pas qu’il se soit jeté à l’eau par peur.» Mam rappelle également que, selon un habitant de Joinville ayant assisté à la scène depuis son balcon, la police «aurait laissé Baba patauger dans l’eau pendant au moins cinq-six minutes».

« Pour l’heure, le corps de Baba Traoré est toujours à l’Institut médico-légal. Il sera enterré au Mali. Ensuite, les associations qui défendent sa mémoire tenteront de lever le voile sur les conditions de son décès. »

La journaliste précise que, selon la préfecture de Seine Saint Denis, Baba Traoré « n’était pas sous le coup d’un arrêté préfectoral de reconduite à la frontière, ni d’une obligation de quitter le territoire français. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans sans papiers
commenter cet article

commentaires

dominique P. 19/04/2008 11:54

Cela sera peut-être l'occasion pour le maire de Joinville le pont de se montrer et d'afficher sa solidarité avec Baba Traoré !

Benoit Willot 19/04/2008 12:55


Espérons-le, en tout cas.


moustique 18/04/2008 19:17

Dans l'article en question, Patrick Lozès (CRAN) a l'intention de déposer un plaque commémorative à Joinville. Ce serait bien qu'on sache quand.

Benoit Willot 19/04/2008 12:56


Pour li'nstant, la date de l'enterrement n'est pas encore connue. Mais vendredi, on apprenait que l'enquête de l'IGS était "quasiment bouclée".


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes