Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

3 mai 2008 6 03 /05 /mai /2008 23:01

Ancien adjoint au maire de Champigny sur Marne (Val de Marne) et antérieurement de Colombes (Hauts de Seine), Jean-Claude Emorine, socialiste, vient de quitter ses fonctions en mai 2008, après 50 ans de vie politique, dont 37 ans de présence dans des conseils municipaux (19 à Champigny, 18 à Colombes).

Jean-Claude Emorine a mené une carrière professionnelle riche, assumant à la fin de sa vie professionnelle la fonction de Président Directeur Général de la Centrale des Opticiens (CDO), un groupement de 1500 opticiens indépendants en France.

Il livre un témoignage particulièrement franc, sous forme d’entretien, publié le 27 mars 2008 sur le blog du Ps de Champigny. En voici quelques extraits :

« A 20 ans, j’éprouvais le désir de militer activement à gauche sans pour autant arriver à trouver un parti de gauche satisfaisant. Je voulais suivre Mendès-France mais celui-ci n’a pas voulu prendre la tête d’un parti de gauche. Je me suis alors engagé au sein du Club des Jacobins (58) fondé par Charles Hernu.

« L’événement majeur qui a déterminé mon engagement à gauche a tenu dans les événements de la Guerre d’Algérie à laquelle j’étais un farouche opposant. (…)

« J’ai entamé ma longue vie d’élu en 1971 en devenant conseiller municipal de Colombes. La gauche unie avait auparavant emporté la municipale de 1965 à la faveur d’une triangulaire. (…) J’étais alors chef de service d’un organisme public d’horticulture. (…)

« J’avais été très engagé dans le mouvement de mai 1968, ce qui m’avait mis en position délicate à l’égard de mon employeur de l’époque.

« Ensuite, quand je suis devenu chef de service chez Essilor, je peux réellement affirmer que mon employeur ne m’a pas fait payer cet engagement politique qu’il connaissait. (…)

« En 1983 je suis devenu maire adjoint de Colombes alors que j’étais toujours directeur et président de la société des cadres d’Essilor.

« Ayant de plus en plus de difficultés à gérer cette triple activité, j’ai donc préféré laisser la fonction de président de la holding. Ce fût un choix difficile et délicat à annoncer au président de ma société.

« En 1984 je suis arrivé à Champigny-sur-Marne et je suis devenu maire-adjoint de notre ville pour la  première fois en 1989. (…)

« Je voulais assumer un mandat d’élu local pour changer la vie des gens, pour contribuer à transformer le réel. J’ai toujours éprouvé une intense satisfaction à suivre des dossiers « concrets ». (…)

« Il y a une certaine similitude entre le pragmatisme de la vie d’entreprise et celui requis par la gestion des affaires communales. La différence entre ces deux milieux tiendrait en une concrétisation moins rapide au niveau des dossiers communaux. (…)

« En terme de politique locale, j’éprouve une amertume à me souvenir du 1er tour des élections municipales de 1995 à Champigny-sur-Marne. La liste dirigée par les socialistes avait perdu le 1er tour de ces élections et nous nous sommes chamaillés entre socialistes pendant quelque temps. (…)

« La logique incontournable du militantisme est d’aboutir à une prise de responsabilités progressive au sein de la vie locale (au sein du conseil municipal ou en agissant pour les associations locales). (…)

« Faire de la politique locale c’est rencontrer des gens, résoudre leurs problèmes sans leur promettre n’importe quoi. L’honnêteté paie toujours de la même façon que l’on ne peut pas mentir éternellement sans être démasqué. (…)

« Sur l’aspect humain de la politique, j’affirme sans illusion que la franche camaraderie résiste mal à l’attraction irrésistible du pouvoir, quelle que soit l’importance de ce dernier.


 Jean-Claude Emorine

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans politique
commenter cet article

commentaires

Philippe FRANK 14/05/2008 00:08

Merci benoît pour avoir mis en évidence l'entretien réalisé avec jean-claude emorine, notre responsable de section de Champigny-sur-Marne ! Philippe FRANK

Benoit Willot 14/05/2008 09:12


Je signale d'ailleurs l'intérêt du blog campinois; je prépare un article sur les blogs des Bords de Marne dans les prochains jours.


moustique 05/05/2008 19:01

non, non, ça va, merci.

joinvilllais. 05/05/2008 17:04

Moustique , le dogmatisme vous etouffe

moustique 05/05/2008 14:36

Le bilan actuel de la politique de Nicolas Sarkozy nous démontre d'ailleurs qu'il ne suffit pas d'être un bon vendeur de sa porpre personne pour faire un bon homme politique au service des autres et surtout des plus faibles.

Hortis Jean 05/05/2008 07:36

je suis étonné de votre réponse extrement diffamatoire Mr Moustique et étonné de l'absence de réaction du titulaire de ce site , comment peut on laissé de tels sous entendus ? Mes propos n'étaient pas voués à une telle réponse et je suis au regret de vos dire que je ne me manifesterai plus sur ce site . 

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes