Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


1945 : les femmes votent et sont élues pour la 1ère fois

Publié par Benoit Willot sur 8 Mars 2010, 00:09am

Catégories : #Histoire politique de Joinville

Le droit de vote est, en France, accordé aux femmes par le Gouvernement provisoire de la République française le 21 avril 1944. Il sera utilisé pour la première fois il y a 65 ans, le 29 avril 1945 pour les élections municipales, puis en octobre pour les élections à l’Assemblée constituante.

À Joinville-le-Pont, l’extension du droit de vote a pour première conséquence une nette augmentation du nombre d’électeurs inscrits : il y en avait 3 433 en 1935 ; il y en a 7 811 en 1945.

Les élections se tiennent dans un contexte peu favorable : la guerre n’est pas finie, certains déportés ne sont pas rentrés de même que les soldats. Mais les électrices se rendent en masse aux urnes, puisqu’on va compter 84,8% de votants, un chiffre bien supérieur à celui qu’on constate lors des scrutins récents.

On comptera quatre femmes parmi les 27 conseillers municipaux élus après guerre : Mmes Chagnon, Nicolas, Derrien et Amélie Trayaud. Cette dernière siégeait déjà dans la délégation spéciale, mise en place en 1944, et qui faisait office de municipalité provisoire. Robert Deloche (PCF) est réélu au poste de maire.

Amélie Trayaud a été conductrice de tramways avant-guerre, avant de s’engager dans la Résistance. À la Libération, elle représente le Front national (proche des communistes) au sein du Comité local de Libération. Elle est également la responsable de l’Union des femmes françaises dans le Comité joinvillais de la renaissance française. Amélie Trayaud sera brièvement maire de Joinville en mars et avril 1953, après la démission de Robert Deloche. Elle est ensuite réélue conseillère municipale en 1953.

Après 1945, la féminisation du conseil municipal de Joinville-le-Pont ira en déclinant : il n’y avait plus que trois femmes parmi les conseillers municipaux de 1953 et deux au sein de ceux élus en 1959. En 1971, Yvonne Sarreste est seule élue à côté de 26 hommes dans l’assemblée locale.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents