Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 23:05

L’histoire politique de Joinville, vue par le prisme des publications socialistes, est décidément riche au cours de l’année 1981.

Trois numéros de Joinville socialiste ont précédé l’élection de François Mitterrand en mai de la même année. Il n’y en aura pas d’autre, mais les 9 élus socialistes au conseil municipal publient cette année-là six numéros d’une Lettre de Joinville socialiste qui complète le journal, et illustre aussi la rivalité existant au sein des formations qui vont arriver ensemble au pouvoir national et qui gèrent en commun la municipalité.

La quatrième lettre, datée du 14 mai, est l’occasion de se réjouir, non seulement de l’élection de François Mitterrand (Ps) mais également du fait qu’il soit arrivé en tête à Joinville où il recueille 51,2% des voix face à Valéry Giscard d’Estaing (UDF, droite). Les socialistes signalent « de notables changements dans l’électorat joinvillais » mais restent prudents, estimant qu’il serait « prématuré de conclure qu’ils sont définitifs ». Ils faisaient allusion au fait que, pour la première fois localement, les socialistes devançaient les communistes. Raymond Irigoyen, maire adjoint, lance un appel en vue des élections législatives, à compléter la victoire « de toutes les forces de l’espérance. »

Nouveau bulletin, nouvelle victoire. Dans le n° 5 (18 juin), on constate que, à Joinville-le-Pont, la gauche est majoritaire dès le premier tour des législatives. Laurent Cathala, maire de Créteil depuis 1977 (Ps), devient député de la cinquième circonscription du Val de Marne qui, à l’époque, comprend également Saint Maur et Bonneuil. Trente ans après, il conserve ses postes, mais les limites électorales ont évolué.

L’existence d’un gouvernement de gauche va bouleverser les habitudes locales. Ainsi, le 8 octobre 1981, comme le relate la lettre n° 6 (16 novembre), le président de l’Office municipal d’Hlm, Raymond Irigoyen, maire adjoint, reçoit Roger Quilliot, ministre du logement, pour inaugurer le nouveau siège de l’Office, boulevard de l’Europe et lancer la réhabilitation de la cité Égalité. Le nouveau membre du gouvernement présente cette opération comme « un exemple d’autogestion dans le domaine de l’habitat. »

La même lettre se félicite du lancement d’un nouvel équipement sportif à Joinville. Le futur gymnase Émile Lecuirot est une proposition des élus socialistes, reprise par l’ensemble de la municipalité. Par contre, les élus joinvillais s’inquiètent de la situation de l’emploi dans les entreprises de cinéma, et notamment à GTC.

Joinville socialiste (6)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes