Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


1984 : çà ressemble à la police…

Publié par Benoit Willot sur 6 Août 2010, 23:03pm

Catégories : #Histoire politique de Joinville

Le numéro de Joinville socialiste daté de novembre 1984 porte le numéro 3 ; il y a donc probablement eu, dans la nouvelle série, un autre numéro, peut-être en juin, mais dont je n’ai pas gardé de copie.

La publication de Joinville-le-Pont célèbre une victoire : celle de locataires de l’OPHLM qui obtiennent le droit d’emménager dans l’immeuble en construction avenue Gallieni, que la ville voulait vendre. Mais cette victoire a un prix : « 200 millions jetés en l’air » écrit le journal, qui parle en centimes de francs, soit environ 520 000 euros (valeur 2010).

Le grand sujet du journal est un dossier à propos des polices municipales. Sans être opposé à la décision de la municipalité de mettre en place une telle police, les socialistes s’interrogent sur son coût et sur les risques de dérive ; ils rappellent que, à cette date, Joinville dispose encore d’un poste de police. Deux témoins signent des interventions : Édouard Gente, policier retraité et ancien maire adjoint (décédé en 2004), estime qu’une police municipale « çà ressemble à la police, çà s’appelle police, mais ce n’est pas la police ».

Jean Dubreuil, responsable de la Cfdt-Police, assure que l’objectif de son syndicat est « la présence en nombre suffisant dans toutes les communes de la police nationale ». Il suggère notamment de la décharger de missions qu’il qualifie d’indues.

Le bulletin accorde une tribune libre à l’association de parents d’élèves Fcpe, qui regrette le peu de participants lors des élections aux conseils d’écoles.

Une libre opinion du professeur de philosophie Denis Collin est consacrée à l’extrême droite. Le Front national, jusqu’alors formation marginale, vient de percer lors des élections européennes de juin, obtenant 10,6% des voix au niveau national (et 15,6% à Joinville) ; Jean-Marie Le Pen est élu au parlement de Strasbourg. Critiquant le fait que l’extrême droite « a commencé de coloniser certains partis de droite », Denis Collin relate que, au Plessis-Trévise (Val de Marne), la socialiste « Françoise Gaspard tenait une réunion sur le racisme : les partisans de Le Pen, conduits par le chef départemental du Front national, ont voulu attaquer cette réunion, armés de barres de fer et en criant ‘Algérie française’ ». C’est la première fois que le thème de l’extrême droite apparaît dans la presse socialiste joinvillaise, mais on l’y retrouvera ensuite souvent.

Le bulletin reproduit aussi une longue intervention du premier ministre, le socialiste Laurent Fabius (« moderniser, rassembler ») et une tribune du député Laurent Cathala, sur le budget 1985 (« réduction des impôts et justice sociale »).

Joinville socialiste (15)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents