Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Georges Frêche doit être sanctionné pour ses propos anti-harkis

Publié par Benoit Willot sur 1 Mars 2006, 07:00am

Catégories : #Parti socialiste

« Georges Frêche a des amis, pas mal d'ennemis, et aussi beaucoup d'obligés » écrivait l’hebdomadaire Le Point (06/06/2003). En tant que socialiste, je devrais logiquement figurer parmi les premiers. En tout cas, je ne fais pas partie des clients du député, président du conseil régional de Languedoc Roussillon. Et, en considération de ce que l’ancien maire de Montpellier a fait pour sa ville, je n’ai pas envie de m’inscrire parmi ses adversaires.

Mais ses déclarations comparant les harkis à des « sous-hommes », le 11 février sont non seulement tristes, mais bien proprement scandaleux. D’autant qu’ils viennent après bien d’autres attitudes publiques, comme, récemment, sa prise de position en faveur de l’amendement reconnaissant le « rôle positif de la colonisation » (l’article 4 de la loi du 23 février 2005) alors que toute la gauche luttait contre ce texte.

Vendredi 17 février, la direction du parti socialiste a reçu le Collectif Justice pour les Harkis et a indiqué que le PS « a condamné et condamne ces propos inacceptables ». C’est une bonne chose cette prise de position. Cependant, la section de Joinville le Pont a considéré, dans une motion adoptée mercredi 22, que ce n’était pas suffisant. À l’unanimité, les socialistes joinvillais ont demandé que Georges Frêche soit exclu du bureau national du PS. D’autres instances internes du parti socialiste ont émis des avis comparables.

Voici le texte publié par André Maizener, premier secrétaire de la section du PS de Joinville le Pont (94) : "La section de Joinville le Pont se déclare profondément choquée par les propos de Georges Frêche au sujet des Harkis et demande à la direction du parti de prendre à minima une sanction de suspension de G. Frêche du Bureau National, à défaut d'une mesure plus stricte".

 

 

Depuis la rédaction de cet article, François Hollande a annoncé mardi la suspension de George Frêche. Le premier secrétaire du PS a fait cette annonce au début de la réunion hebdomadaire du BN, dont M. Frêche est membre. Il a précisé qu'il saisissait la commission nationale des conflits, seule habilitée à prendre des sanctions.

 Georges Frêche, député et président du conseil régional de Languedoc Roussillon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents