Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Liberté encadrée

Publié par Benoit Willot sur 10 Juin 2008, 23:01pm

Catégories : #économie

Le gouvernement prépare un projet de loi de modernisation de l'économie qui aura de nombreuses conséquences pour les villes avec la liberté d’installation de commerces de 300 à 1000 m² et la possibilité généralisée d’exercer des activités à domicile.

La loi prévoit aussi un statut particulier pour les « petits entrepreneurs », qualifiés aussi d’auto-entrepreneurs ». Des personnes salariées pourront ainsi exercer une activité indépendante sans avoir à créer de société ni à s’immatriculer auprès d’organismes légaux ; ils n’auront pas à régler de Tva et s’acquitteront de leurs impôts et charges sociales par un prélèvement forfaitaire sur le chiffre d’affaires, à condition de ne pas dépasser un seuil (27 000 euros par an pour les activités de service, 76 000 pour le commerce).

Une soirée-débat était organisée le 20 mai 2008 à Nogent sur Marne (Val de Marne) sur le projet de loi par la Chambre de commerce et d'industrie de Paris Val de Marne (CCIP-94), la Chambre de métiers et de l'artisanat du Val-de-Marne (CMA-94), la Communauté d'agglomération de Vallée de la Marne et le club d'entreprises Vivre et Entreprendre

Luc Chatel, secrétaire d'État chargé de l'Industrie et de la Consommation, a ainsi pu mesurer quelques unes des inquiétudes des quelques 200 commerçants et chefs d'entreprise présents… ainsi que montrer les ambiguïtés des intentions gouvernementales.

Selon l’hebdomadaire Val de Marne Infos (30/05/2008) Jean-Louis Maître, président de la CMA-94, a fait part de ses craintes à propos de la mise en place du statut de l'auto-entrepreneur : « Non inscrit auprès des chambres consulaires, sans aucune qualification, sans aucun contrôle, quelles seront les limites de son travail ? »

Selon la publication locale, Luc Chatel aurait  « levé un doute » en affirmant : « Le statut de l'auto-entrepreneur sera encadré » tout en permettant de « libérer l'entreprise dans notre pays ».

Christian Pépineau, président de la CCIP-94, avait fait part de « son inquiétude au niveau des outils juridiques qu'il faudrait donner aux maires » dans le but de conserver voire de redynamiser le commerce de proximité. Luc Chatel s'était voulu rassurant en indiquant « réfléchir » sur « le droit de préemption des maires. »

Au cours du débat, Gilles Carrez, député-maire Ump du Perreux (Val de Marne), rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale, a souligné que l'on aurait pu mettre le mot libéralisation au lieu de modernisation dans l'intitulé de la loi, « mais que cela n'aurait pas eu, pour certains, la même signification. »

Voici donc une loi qui, au motif d’un libéralisme d’ailleurs non assumé, va fragiliser un peu plus les artisans et petits commerçants des centres villes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents