Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


POI : trotskisme maintenu

Publié par Benoit Willot sur 17 Août 2008, 23:09pm

Catégories : #Gauche

Parmi les évolutions des formations de gauche, un nouveau sigle est apparu en juin : POI. C’est le parti ouvrier indépendant, issu du parti des travailleurs, lui-même héritier de plusieurs organisations trotskistes (PCI, OCI, etc.).

La plus petite fraction du trotskisme, sur le plan électoral, n’en est pas moins présente sur le terrain. Ce sont d’ailleurs deux de ses anciens candidats à l’élection présidentielle qui sont portes paroles de la nouvelle formation, celui de 2008, Gérard Schivardi, maire et conseiller général de Mailhac (Aude), et celui de 2001, Daniel Gluckstein. Le POI assure regrouper des trotskistes, mais aussi des socialistes, des communistes et des anarcho-syndicalistes mais l’héritage trotskiste est prédominant.

Très attaché aux valeurs laïques, il est farouchement opposé à l’Union européenne. De nombreux militants ont des responsabilités syndicales, en particulier à Force ouvrière.

Selon son bulletin Informations Ouvrières (26/06/2008), le nouveau parti ouvrier indépendant compterait 466 adhérents dans le Val de Marne, dans douze comités, dont ceux de Saint Maur Champigny et Maisons-Alfort. Lors des élections municipales de 2008, le POI avait soutenu 9 listes dans le Val de Marne, un nombre équivalent à celui des autres formations d’extrême gauche (LCR et LO), avait lesquelles il n’a pas d’accords.

Sept de ses listes étaient présentées sous son nom et ont recueilli entre 1,4% à Saint Maur et 3,9% à Chevilly-Larue : à Alfortville, Arcueil, Créteil, Maisons-Alfort et Vitry. L’ex-parti des travailleurs participait également à la liste conduite par Régis Charbonnier, alors dissident socialiste, à Boissy Saint Léger. La liste a remporté l’élection au second tour, et le nouveau POI revendique six élus au sein du conseil municipal, dont un adjoint.

Il serait ainsi par le nombre de conseillers municipaux la première force d’extrême gauche du département, à égalité avec Lutte ouvrière (6 élus également en mars 2008, dont 5 dans des liste de gauche) et devant  la LCR (4).

Dans le Val de Marne, le POI met l’accent sur la défense des centres de sécurité sociale, en plus de ses campagnes nationales contre le traité constitutionnel européen.

Il n'y a pas de groupe de l'ex-parti des travailleurs à Joinville, mais certains de ses militants étaient présents irrégulièrement sur les marchés de la ville.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents