Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 23:03

Le 23 août 1939, la signature du pacte germano-soviétique entre les représentants d’Hitler et ceux de Staline, entraîne des conséquences politiques au plan local en France. Le décret-loi du 26 septembre 1939 prononce la dissolution du parti communiste.

Le 4 octobre 1939, le Président de la République, Albert Lebrun, suspend par décret les conseils municipaux de 27 communes de la banlieue parisienne à majorité communiste, dont celui de Maisons-Alfort par exemple.

À Joinville-le-Pont, le maire Léon Lecestre (1877 – 1955) a été élu en 1935 avec 25 collègues sur une liste de droite, tandis que deux communistes étaient également élus. Lecestre organise le 27 septembre 1939, une séance du conseil municipal au cours de laquelle il pose la question suivante : « Approuvez-vous ou non le Pacte germano-soviétique ? » Paul Rouhaud, artisan chauffeur de taxi, né en 1891, élu communiste, refuse de répondre. Le conseil de préfecture le déchoit de son mandat le 9 février 1940 pour appartenance au Parti communiste.

Robert Deloche, l’autre conseiller municipal communiste, absent de la réunion parce que mobilisé à l'armée, est également déchu de son mandat à la même date. Il est arrêté, s'enfuit puis s’engage dans la résistance et deviendra maire de Joinville à la Libération.

Paul Rouhaud se réfugie en Corrèze, selon Robert Deloche.

Son nom figure sur deux des « Listes officielles de prisonniers français », publiées par le Centre National d'Information sur les Prisonniers de Guerre : la liste n° 31 du 15 octobre 1940 et la liste n° 70 du 31 janvier 1941. Je ne sais pas ce qu’il est devenu.

En 1940, la préfecture récuse deux élus de droite (Georges Defert, également futur maire de Joinville et Decrombecque). Les autres restent en fonction sous le régime de Vichy.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes