Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


1958 : guerre d’Algérie à Joinville

Publié par Benoit Willot sur 14 Septembre 2008, 23:01pm

Catégories : #histoire

La guerre d’Algérie a fait de nombreux morts, également sur le territoire métropolitain. Il y a cinquante ans, le Front de libération nationale algérien (FLN) lance une campagne en France.

Démarrée le 25 août, la campagne est marquée par des attentats contre des dépôts pétroliers et l’attaque de casernes et commissariats de police. On dénombre 188 blessés et 82 morts.

Le territoire de ce qui n’est pas encore le Val de Marne n’est pas épargné : tentative d’explosion à la cartoucherie de Vincennes, incendie de réservoirs d’essence et d’une usine de montage de camions militaires à Vitry, d’une autre usine à Villejuif…

Le 15 septembre 1958, le gouverneur Jacques Soustelle (UNR gaulliste, ethnologue et ancien résistant) est visé par un attentat tandis que des voitures de police sont visées notamment à Villejuif et l’Haÿ-les-Roses.

C’est ce même jour qu’un militaire est tué et deux autres blessés, rue Jean-Mermoz, à Joinville-le-Pont.

Entre le 21 août et la fin de la campagne du FLN le 27 septembre, 56 sabotages et 242 attaques contre 181 objectifs ont été dénombrés.

Le 28 septembre, les Français votaient Oui en faveur de la constitution de la cinquième République lors d’un référendum organisé par le général de Gaulle.

Voir aussi : 15 septembre 1958 : un militaire tué à Joinville le Pont pendant la « bataille de France de la guerre d’Algérie (15/09/2006)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Féru d'histoire 24/03/2010 23:31



une petite erreur s'est glissée dans un texte relatif à l'histoire du FLN à Paris et les actions de sabotage menées dans la nuit du 25 août 1958. Ce ne sont pas 4 mais trois policiers qui ont été
assassinés au 66 boulevard de l'hôpital sur le 13 arrt.de Paris. Il s'agissait de MM Breitner, Saintin, Millet. Cela peut être vérifié auprès du service des archives des collections historiques de
la préfecture de police. Votre article est néanmoins fort bien écrit et très intéressant.

 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents