Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Benjamin Fondane, scénariste à Joinville

Publié par Benoit Willot sur 1 Octobre 2008, 23:04pm

Catégories : #histoire

Benjamin Fondane est un écrivain roumain et français, né à Iasi (province de Moldavie, en Roumanie) le 14 novembre 1898 sous le nom de Benjamin Wechsler.

En 1922, il fonde un théâtre d’avant-garde, Insula (L’île). Il ferme en 1923 là la suite de difficultés financières et de réactions antisémites.

En décembre 1923, il part pour Paris où il collabore à de nombreuses revues et travaille sur Arthur Rimbaud (Rimbaud le voyou, Denoël, 1933).

Il entre aux studios Paramount à Joinville-le-Pont comme assistant metteur en scène et scénariste. Il adapte notamment La séparation des races de Charles-Ferdinand Ramuz, qui est porté à l’écran par Dimitri Kirsanoff sous le titre Rapt en Suisse. Benjamin Fondane écrit et réalise en Argentine un film, Tararira.

Mobilisé en 1940 dans le 216ème régiment d’infanterie à Sainte Assise, près de Fontainebleau, il est fait prisonnier mais s’évade, est repris puis libéré pour raison de santé et hospitalisé au Val de Grâce pendant six mois.

Pendant la guerre, il travaille sur des textes philosophiques, notamment « Le Lundi existentiel et le Dimanche de l'Histoire » (éditions du Rocher, 1990).

Le 7 mars 1944, il est arrêté par la police française ainsi sa sœur Line. Ils sont internés à Drancy avant d’être déportés le 30 mai dans l’avant-dernier convoi qui porte le numéro 75. Le 2 ou le 3 octobre de la même année, Benjamin Fondane est assassiné dans la chambre à gaz d’Auschwitz Birkenau.

En 1933, Benjamin Fondane lançait dans Viata Studenteasca, revue d’étudiants roumains publiée à Paris, un « Appel aux étudiants : Demain, dans les camps de concentration, il sera trop tard. »

 

Un jour viendra, c'est sûr, de la soif, apaisée,

nous serons au-delà du souvenir, la mort aura

parachevé les travaux de la haine,

je serais un bouquet d'orties sous vos pieds,

alors, eh bien, sachez que j'avais un visage

comme vous. Une bouche qui priait comme vous.

"Préface en prose", L'Exode, in Le mal des fantômes, Verdier Poche, 2006.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents