Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 23:08

Le 13 octobre 1944, une « délégation spéciale » est mise en place officiellement pour remplacer la municipalité nommée par le régime de Vichy en 1942. Elle prend la suite du Comité local de Libération qui, avec Robert Deloche, avait occupé la mairie le 25 août 1944 et en avait chassé Léon Lesestre, élu en 1935 et maintenu en place par le régime de Vichy.

Robert Deloche (1909-1988) est un résistant et un militant communiste. Il est désigné comme président de la délégation spéciale et il fait fonction de maire. Il avait été élu en 1935 conseiller municipal (Pcf), mais avait été déchu de son mandat en 1940. Robert Deloche sera élu maire à l’issue des élections municipales de 1945, réélu en 1947 puis démissionnera peu avant le scrutin de 1953. Il a également exercé le mandat de conseiller général de la Seine. Robert Deloche a eu également d’importantes responsabilités avant-guerre auprès du parti communiste algérien.

Quatre vice-présidents font fonction d’adjoints ; ils ont tous participé aux mouvements de résistance contre l’occupation.

Henri Drevet, président du Comité local de Libération s’était engagé dans le mouvement Ceux de la Résistance, l'un des grands mouvements de la résistance intérieure française de la zone occupée pendant la Seconde Guerre mondiale, composé principalement d’officiers de réserve. Il était membre du parti radical socialiste.

André Malcouronne représente le mouvement syndical Cgt (Confédération générale du travail) à l’intérieur du Comité local de Libération. Il est élu conseiller municipal en 1945.

Léon Berthet, est socialiste, membre du Comité local de Libération. Il sera élu conseiller municipal en avril 1945. En octobre 1947, il est le seul conseiller municipal élu sur la liste qu’il conduisait au nom de la SFIO (socialiste). Il est à nouveau réélu en avril 1953.

François Decrombecque, représente l’Organisation civile et militaire (OCM) au sein du Comité local de Libération. L’OCM, fondée en décembre 1940, est une des principales organisations en zone occupée. Elle comprend notamment des industriels et des intellectuels, certains engagés politiquement à droite, d’autres étant socialistes. François Decrombecque est également membre du Comité joinvillais de la renaissance française. Élu conseiller municipal en 1929, réélu en 1935, il n’est pas maintenu dans son poste par les autorités de Vichy. Il est à nouveau élu en 1945, et réélu en 1953.

Parmi les 27 membres de la délégation spéciale, on compte une seule femme, Amélie Trayaud. Elle devient de ce fait une des toutes premières citoyennes à exercer une fonction dans une assemblée démocratique puisque qu’il faut attendre 1945 pour que les femmes acquièrent le droit de vote. Résistante, communiste, conductrice de tramways avant-guerre, Amélie Trayaud représente le Front national au sein du Comité local de Libération et l’Union des femmes françaises dans le Comité joinvillais de la renaissance française. Le Front national de l'indépendance de la France est une organisation de la Résistance française, qui s’appuie largement sur le parti communiste (Pcf).

Amélie Trayaud sera brièvement maire de Joinville début 1953, après la démission de Robert Deloche. Elle est ensuite réélue conseillère municipale en 1953.

 Robert Deloche, ancien maire de Joinville-le-Pont (photographié en 1977)


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Laurence Simons-Malcouronne 06/08/2009 19:40

Votre article m'a appris que mon père, André Malcouronne, disait vrai lorsqu'il me parlait de Joinville. Il disait "on a pris la mairie" et il riait, je trouvais ça surréaliste. Il parlait très rarement du passé, très peu de la guerre (à peine de la poche de Dunkerque où il est allé), encore moins de l'occupation. Vous en savez peut-être plus que moi sur ce qu'il faisait dans la résistance (y-a-t-il encore des gens qui se souviennent ?). En tout cas, il est mort en 1989, toujours communiste.

Benoit Willot 09/08/2009 15:08



André Malcouronne est désigné comme vice-président de la délégation spéciale qui fait office de municipalité le 13/10/1944 ; à ce titre, il fait fonction d’adjoint au maire. Il représente la
Cgt comme membre du Comité local de Libération et est élu conseiller municipal de Joinville-le-Pont le 29/04/1945.


Il poursuivra une carrière dans des organismes économiques liés à la Cgt après-guerre.



Médor 13/10/2008 21:28

Très interessant, cet histoire, mais il ne se passe plus rien aujourd'hui à Joinville? Vous ne nous avez pas parlé de la nomination de M. Leroy contrairement à un autre site concurent...

Benoit Willot 14/10/2008 00:05


Par principe, je ne commente pas le travail de fonctionnaires. Les seuls responsables qui doivent rendre des comptes publiquement sont les élus.


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes