Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Une mission locale du Val de Marne refuse les mesures sécuritaires du gouvernement

Publié par Benoit Willot sur 14 Avril 2006, 23:00pm

Catégories : #économie

Le député-maire de Villiers sur Marne, Jacques-Alain Bénisti (UMP), qui présidait la mission locale intercommunale pour l’emploi des jeunes des portes de la Brie (Est du Val de Marne) a provoqué un conflit sévère avec l’ensemble de ses salariés. Le Courrier Val de Marne de l ’union départementale du syndicat Cfdt en rend compte dans son numéro de mars 2006.

Le président voulait, avant la fin de son mandat (la présidence est tournante), intégrer la mission locale dans un équipement municipal très marqué par une préoccupation sécuritaire et amalgamant institutions de prévention de la délinquance, d'insertion, de formation, socio culturelles...

L’ensemble des salariés (direction comprise) était en grève le 15 mars, après s’être adressé aux partenaires de la mission locale. La direction départementale du travail (DDTEFP) et les représentants des financeurs (État, région et communes) ont été unanimes pour reconnaître la qualité du travail fourni dans un contexte difficile.

Après un bureau très houleux, le Conseil d'Administration et l'Assemblée Générale de la mission ont abouti au refus de la proposition. Aussitôt après, il a été décidé d'élaborer un nouveau projet prévoyant, à l'échéance de quelques mois, une localisation de l'implantation principale, sur proposition du maire du Plessis Trévise, dans cette commune.

Avec la relocalisation géographique, la sérénité devrait être retrouvée. Les jeunes de Villiers bénéficieront d'une antenne locale. La présidence est revenue au maire de la Queue en Brie, Jean-Jacques Darves (PCF).

Jacques-Alain Bénisti est l’auteur d'un rapport remis au ministre de l'intérieur, Nicolas Sarkozy, le 8 novembre 2005 sur la prévention de la délinquance. Le texte propose de repérer le futur délinquant dès le plus jeune âge, même avant l'école maternelle. Il suggère de supprimer les allocations familiales aux parents démissionnaires, d’installer des caméras de surveillance dans les quartiers les plus exposés et de placer certains adolescents à plus de 500 kilomètres de chez eux dans des familles d'accueil... Dans une version préliminaire, l’élu du Val de Marne voulait qu’on interdise aux parents de parler une langue étrangère à leurs enfants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents