Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 00:04

Le site Géographe du Monde a publié en décembre 2007 un article : Que la Marne en furie dévale dans la Seine… (Des conséquences d’une crue centennale ‘type 1910′ dans le Val de Marne). Ce texte s’appuie sur un article de Stéphanie Beucher paru dans le numéro 657 des Annales de Géographie Le risque d’inondation dans le Val-de-Marne : une territorialisation impossible ? Je reprends ici l’essentiel de cet article important pour comprendre les enjeux auxquels nous faisons face. Il fait référence au conflit qui opposa la ville de Joinville-le-Pont à la préfecture du Val de Marne au sujet du classement de l’île Fanac dans le plan de protection du risque d’inondation (PPRI).

« Retenons l’hypothèse d’une crue de la Seine et de la Marne équivalente à celle de 1910. L’eau submergerait vingt-quatre communes du Val de Marne. Elle recouvrirait en moyenne 20 % de leur superficie, avec une épaisseur d’eau comprise entre 50 centimètres et 2 mètres. Si l’on retient l’estimation de 230.000 à 300.000 personnes, le Val-de-Marne arriverait probablement en tête des départements sinistrés d’Ile-de-France.

«  (…) Imposés par le ministre de l’environnement de l’époque (Michel Barnier) à l’ensemble des communes françaises concernées, les Plans de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI) datent de 1995. Celui du Val-de-Marne est approuvé en juillet 2000 mais rencontre dans les mois suivants de puissantes oppositions. {Stéphanie Beucher] décrit à cette occasion le télescopage des échelons administratifs, trop lointains (agence de l’eau), mal qualibrés par rapport à la géographie physique d’un bassin – versant (région et département), ou mal préparés à l’action concertée (les communes).

« Les opposants discutent de la crue de référence (1910, 1658, etc.) et les résidents – hormis les riverains immédiats de la Seine et de la Marne - réfutent la réalité d’une menace qui s’étend jusqu’à plusieurs centaines de mètres des cours d’eaux. « Une partie [des populations riveraines] connaissent le risque, soit parce que leur habitation est un bien hérité de leur famille qui a connu les crues du XXème siècle […], soit parce qu’elles ont elles-mêmes vécu des crues de faible ampleur […]. Toutefois, d’autres habitants vivant en bord de fleuve, n’ont pas conscience du risque. […] Les Services de la navigation de la Seine disent recevoir des appels de riverains de la Marne et de la Seine, pour savoir si les barrages, qui sont là pour régler le niveau d’eau pour la navigation, les protègent bien des inondations. »

« La contestation naît des hachures, ou des couleurs recouvrant tel ou tel quartier sur la carte du PPRI. On s’indigne d’un classement en zone urbaine dense en aléas fort et très fort parce qu’il implique un gel des projets d’aménagement (exemple du projet Seine Amont Développement), ou parce qu’il remet en cause l’habitation de certaines portions des berges ou des îles de la Marne. Des associations ont même gagné à leurs causes des élus locaux et obtenu des modifications, allant jusqu’à porter leurs affaires devant le Conseil d’Etat : la commune de Joinville pour l’île Fanac, classée en rouge / interdiction de reconstruction après sinistre.

« Internet offre une tribune aux adversaires des politiques publiques de prévention. [L’association Pour la Protection des Riverains et des Iliens] admet certes le précédent de 1910, mais en rappelant que l’inondation n’a tué personne, habile stratagème pour minimiser le danger. Face à ce risque, les particuliers, éternels victimes et incompris, doivent assumer matériellement et financièrement leur protection individuelle (par exemple, des compteurs électriques à rehausser) tandis que l’Etat omet de construire des digues et barrages. Là se trouve l’attaque principale : le programme de construction de barrages sur le bassin-versant de la Seine reste incomplet, avec un peu plus d’un tiers des objectifs réalisés. Ils n’écrêtent que soixante centimètres d’une crue type 1910 ? « 60 centimètres, cela représente un peu partout dans le Val de Marne des milliers d’habitations préservées. » L’auteur se garde bien de préciser dans quelle portion de la vallée de la Seine ou de la Marne il préconise l’érection de nouveaux barrages, et il se tait également sur leur mode de financement. Selon toutes probabilités, il espère que la collectivité nationale prendra en charge les travaux, celle-là même qui a financé les infrastructures à la base du décollage démographique du Val de Marne. Les experts consultés sur le sujet balancent eux-mêmes entre des recommandations générales et irréalisables (le rétablissement des zones naturelles d’expansion et la maîtrise de l’urbanisation) et des objectifs plus précis : réduire la vulnérabilité de l’existant

« Stéphanie Beucher s’appuie (…) sur la commune de Villeneuve-le-Roi pour montrer que le zonage restreint l’urbanisation en zone inondable, même lorsque le projet tient compte des contraintes spécifiques des lieux : ici, un quartier de maisons sur pilotis respectant les critères de Haute Qualité Environnementale. L’auteur laisse malheureusement de côté cette contradiction majeure des communes inondables. L’interdiction de toute construction dans les secteurs menacés garantirait seule l’absence de dommages : 0 habitant = 0 risque. Or cette interprétation intégriste va à l’encontre d’une bonne gestion municipale. En accompagnant ou en encourageant la croissance démographique, les maires ont en tout cas donné de la substance au risque d’inondation dans le Val de Marne. (…)

« Plus les activités se multiplient, plus le coût d’une inondation centennale s’alourdit. L’effort collectif conduit dans le même temps à l’imprévoyance individuelle. Comme dans l’exemple de Maisons-Alfort (…) le pavillon inondable domine en effet, potentiellement submergé avec l’élévation du niveau de l’eau de la Seine. Et pourtant, en 1910, Maisons-Alfort était sous l’eau. »

 Vue des zones inondables, crue de type 1910

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Marne - Port et bateaux
commenter cet article

commentaires

fabienne 22/05/2014 15:23

c'est malheuresement bien vrai !!

PAPA NOEL 28/12/2008 12:03

L'ART D'AGITER LES PEURS , JAMAIS RIEN DE POSITIF ? DU JOURNALISME ? DE L'OPPORTUNISME ? VIVEMENT 2009 EN ESPERANT VOUS VOIR PLUS POSITIF MR WILLOT

Benoit Willot 05/01/2009 13:00


Ainsi, relayer un article de fond et parler de l'histoire, ce serait "agiter les peurs" et ce ne serait pas "positif".
Exigeons donc des enseignants qu'ils cessent de parler de Clovis; la mention qu'il a brisé le vase de Soissons serait une scandaleuse agression contre la profession des potiers...
Connaître, étudier, se préparer, c'est un devoir; en tout cas, c'est ma façon de voir l'actualité locale.


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes