Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Madame de Joinville, femme éprise d'art

Publié par Benoit Willot sur 30 Avril 2006, 23:00pm

Catégories : #histoire

Le blogueur Betteraveman consacre un article à la vie du maréchal des logis chef Hyppolite Legalou et à sa rencontre avec Madame de Joinville, « une femme éprise d’art » ; or, en son gentre, notre Hyppolite est un artiste. Nous sommes le 18 avril 2006.

« Prise en tenaille dans un sous-bois par l'armée allemande qui la bombarde, la compagnie du maréchal des logis chef Hyppolite Legalou tente une sortie. 

« La troupe se réfugie dans le village voisin et s'emploie à le fortifier en vue d'une attaque prochaine des envahisseurs. 

« Legalou est à la peine. Menant sa troupe à l'édification de barricades il est l'objet de quolibets de la part de son bras droit le maréchal des logis Armand Picard qui le traite de maréchal délogé du chef. 

« Excédé, Hyppolite Legalou provoque en duel Picard qui ne se dérobe pas. Le duel est organisé à la faveur d'une trêve à l'ombre d'une maison abandonnée. 

« Armand Picard est transpercé de part en part et décède. Le lendemain, il est enterré avec les honneurs par la patrie reconnaissante. 

« Mais la patrie n'est pas reconnaisssante du tout à Hyppolite Legalou d'avoir fait le travail des allemands à savoir tuer un soldat français. Hyppolite décide de déserter avant que la patrie fasse le travail des allemands à savoir le passer par les armes. Un soir, à l'orée du village Hyppolite abandonne sa section sous la mitraille ennemie. 

« Hyppolite trouve refuge dans l'arrière pays où il est hébergé par des paysans. Très vite, Legalou s'emploie à de nouvelles taches et devient réparateur de parapluies. 

« Une diseuse de bonne aventure, en guise de paiement, lui prédit un bel avenir dans la religion qui lui permettra de s'élever dans la société et dans l'essieu, dans les cieux, pardon. Hyppolite dérobe un habit d'ecclésiastique dans un presbytère et se présente comme abbé chez les Joinville qui sont à la recherche d'un précepteur. 

« Legalou entre au service de Mme de Joinville, une femme pieuse, éprise d'art, en quête d'un modèle masculin. Hyppolite pose nu devant sa maîtresse qui le peint à la manière de Michel Ange. 

« Quelques mois plus tard, Mme de Joinville donne naissance à un enfant qui ne peut être celui de M. de Joinville, celui-ci souffrant d'arthrose pénienne. 

« Hyppolite fête l'évènement avec faste au milieu de ses amis. Sa descendance est enfin assurée. 

« Mais M. de Joinville est mis au fait des agissements de son abbé. Embastillé à l'évêché fermé de l'intérieur, Legalou est soumis à la question. 

« Hyppolite est finalement attaché à un piquet sur la grève à la vue de tous et disparait par un jour de tempête sans qu'on sache si la mer l'a emporté ou bien la mère délivré. Toujours est-il qu'on ne revit plus jamais Hyppolite Legalou. » 

 La fuite de Legalou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents