Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Déviation, du rock ailleurs – mais ici

Publié par Benoit Willot sur 23 Avril 2006, 23:00pm

Catégories : #musique

Déviation est un groupe de rock formé en 2004, bien ancré dans l’Est parisien, comme les Naast (de Joinville) ou les Brats (de Saint Maur), et centré lui aussi sur Joinville le Pont. On y retrouve, selon les saisons et les examens, 5 artistes : Louise, Alexandra, Victor, Julien et Etienne.

Déviation a mis en ligne un site Internet mais aussi, bien sûr, un blog.

Ils joueront, vendredi soir 28 avril prochain, au Blue One, 27, rue Charles VII, à Nogent sur Marne, vers 21h30. L'entrée est libre.

Voici, sur leur site, un commentaire d’une objectivité partielle, du dernier concert de Déviation. C’était déjà au Blue One, en janvier 2006. 

« Le "blue one" de Nogent faisait déjà le plein très tôt dans la soirée de ce vendredi 13 à ne pas mettre un supersticieux dehors. Les dernières places dispos étaient face au spot: on aurait fichtre les pieds dans des décibels têtus toute la soirée! Les gueules noires des amplis faisaient peur et l'ambiance était déjà à son comble, lorsque soudain tout à coup, entre la soupe au mouleumoules et les brochettes pommes sautées, une bande improbable en style et en sexe, mais toute en cheveux, envahit ce que le patron du clandé nommait sans doute pompeusement "la scène". Voici Déviation, ladies and gentlemen! : Les invités avalèrent en lappant comme des chiens ce qui restait de soupe au fond de leur bocal, craignant le pire. Le set débuta violemment sous la baguette leste de Louise, toute en jambes et bas résille, la casquette à la garçonne enfoncée aux oreilles, sous les hululements hallucinés d'un fan club littéralement possédé par la batterie dictatoriale de VictOOOOOOr le frère de sa soeur et enfants de leur père. Celui-ci, posté en fond de salle, la lèvre gourmande, notait de 1 à 10 les morceaux qui se succédaient par saccades, à la façon d'un Eddy Barclay qui aurait passé le bac. La présence de ses petits sur scène semblait l'électriser comme au temps de ses fameuses rubriques rock and roll, duo récurrent qu'il partageait avec son compère, " de Jarrossay el diablo" sur Radio A4. Et bien justement et comme par hasard celui ci trépignait non loin lorsque son fils Etienne le haricot-bassiste en catogan de Deviation se mit à hurler au micro "debout!, levez vous". Les clients qui croyaient avoir été convoqués à une confèrence-débat de quartier sur les désastreux problèmes de circulation à Paris depuis que les socialistes gèrent la ville, se levèrent d'un bond abandonnant leur dessert avec regret. Allait-on rouler les tapis, pousser les meubles et se dandinner en surprise-partie, en "boum" tagada? Pas du tout! Un rock tumultueux roulant des rochers gros comme des cathédrales renvoya les grincheux à leur études, emporté par la voix diaphane d'un chanteur blond lisant les textes de Franz Ferdinand comme le livre sacré à l'office du Dimanche pendant que son collègue guitariste en hachait menu la mélodie post punk. La soirée passa vite, tant les groupies groupirent et tant les riffs implacables nous firent remonter au temps immémoriaux de notre jeunesse. On décora l'ingé-son qui combattit Larsen comme Saint Michel le dragon, et c'est au petit matin et après quelques mousses englouties avec la capsule que l'on zigzaga dans nos cagnas à la barbe de la maréchaussée, le coeur léger, l'âme neuve, apaisé de convenir qu'il est parfaitement souhaitable de mettre le feu à la banlieue quand c'est Déviation qui allume la mêche. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents