Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Europe : pas de "bof" à Nogent

Publié par benoit Willot sur 11 Avril 2005, 23:00pm

Catégories : #international

Lundi 11 avril 2005 le Forum politique nogentais (une association indépendante, spécialisée dans les débats contradictoires) organisait une séance sur la Constitution européenne. « Oui, Non ou Bof ? » était la question posée par le modérateur Brice Couturier, journaliste à France Culture. Le bof a eu peu de succès, dans une salle électrique où 90 personnes tentaient de se faire une petite salle de la Maison des associations à Nogent-sur-Marne.

William Abitbol, membre du RPF de Charles Pasqua, ancien eurodéputé souverainiste a soutenu que si l’Europe sortante n’était déjà pas très réussie, l’Europe à venir était encore pire. L’euro serait pour lui un échec, qui aurait fait perdre du pouvoir d’achat. Il s’est donc prononcé pour une motion de censure, qui passe par le non.

Olivier Ferrand, délégué national du parti socialiste, chargé des questions européennes a plaidé que, avec le projet constitutionnel, l’Union allait changer de nature. Le traité permettra de passer d’une Europe technique à une Europe politique. Il a relevé que toutes les mesures nouvelles contenues allaient dans le sens d’une économie sociale de marché, synonyme de social-démocratie.

Alain Lecourieux, membre du Conseil scientifique d'Attac, citant avec minutie nombre d’articles du document soumis à référendum, a parlé d’un carré libéral : la concurrence entre États, la concurrence entre entreprises, le libre marché et la monnaie. Les nouvelles règles imposant l’unanimité pour toute création de taxe, il a souligné que la seule opposition du Luxembourg suffirait, par exemple à empêcher de voter un prélèvement sur les billets d’avion (comme l’a proposé Chirac).

Guillaume Klossa, co-président du collectif Ensemble pour le Oui et professeur à HEC, a trouvé dans la politique étrangère commune, qui naîtra si le traité est ratifié, une vision de l’intérêt général européen. Il s’est inquiété de e que certains vont se prononcer sur le passé (les textes que la constitution ne modifie pas). Il a demandé qu’on vote pour l’avenir, c’est à dire les innovations du traité.

Bien que le débat se soit plutôt bien tenu, relevons trois incidents. Alain Lecourieux (Attac) tournait le dos aux orateurs et à la salle quand les partisans du oui défendaient leur point de vue. Il a quitté la salle, quelques instants après William Abitbol (RPF)… juste au moment où s’engageait le débat avec la salle, laissant le modérateur un peu dépité. Enfin, un petite secte d’extrême droite (l’ex-POE de Jacques Cheminade) profitait de la chaude ambiance pour distribuer ses tracts, malgré la mise en garde des organisateurs.

 

Olivier Ferrand (PS) et William Abitbol (RPF, souverainiste)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents