Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 00:04

L'association Joinville Loisirs Culture (JLC) est une des très rares organisations de la commune à être implantée dans les quartiers populaires de Joinville le Pont, en particulier dans la cité Barbusse Espérance.

Née en janvier 2006, elle repose sur l'initiative d'un collectif de jeunes Joinvillais, et a orienté son action vers l'éducation et la citoyenneté. Concrètement, JLC gère à la fois un club de futsal (football en salle), des cours de théâtre ainsi qu’un atelier d'alphabétisation.

Le caractère éclectique de ses activités a souvent compliqué ses relations avec les autorités communales : JLC dépend-elle du service des sports, de celui en charge de la culture, ou de celui qui s’occupe des jeunes ? Dans la municipalité précédente, plusieurs adjoints se sont ainsi renvoyé la balle, provoquant le mécontentement des responsables de JLC, dont son président, Samir Fergani.

L’association assure s'inscrire dans le « grand mouvement d'éducation populaire », invitant « les citoyens à s'associer dans la lutte contre les inégalités, à débattre et à être acteurs dans la cité afin de construire une société plus juste et solidaire » et travaillant à « accompagner les jeunes et plus particulièrement les plus défavorisés vers l'insertion et l'épanouissement dans la société avec le partage de valeurs citoyennes. »

Ces objectifs, son activité et l’implantation de JLC dans un quartier emblématique avaient fait de l’association un partenaire nécessaire lors du programme visant les deux cités de Barbusse et Égalité, le Contrat urbain de cohésion sociale ou Cucs, lancé début 2008.

Pourtant, dans un courrier du 18 décembre 2008 envoyé à la mairie de Joinville, ainsi qu’à la préfecture, au conseil général et au conseil régional le bureau de JLC a indiqué qu’il envisageait de se « retirer du dispositif Cucs. »

JLC remarque que « l’objectif du CUCS est de favoriser et préserver la cohésion sociale, ainsi que de s'attaquer aux causes de la pauvreté et de l'exclusion dans les secteurs urbains qui souffrent de ces maux. A Joinville-le-Pont les quartiers de Barbusse et Egalité sont concernés par ces réalités sociales très difficiles. »

L’association rappeler ensuite qu’elle est « la seule association porteuse de projets dans le cadre de ce dispositif pour tenter de dynamiser et faire avancer ces quartiers ». Considérant que son « interlocuteur naturel dans le cadre d’une action concernant des quartiers déterminés de la ville » devrait être la commune de Joinville le Pont, JLC estime que celle-ci devrait «  tout mettre en œuvre » pour aider ces secteurs « qui sont systématiquement négligés par les élus locaux. »

Mais le bureau de JLC considère que tel n’est pas le cas : « aucun soutien ne nous a été apporté et nous avons essuyé de nombreux refus et des blocages systématiques de la part des différents interlocuteurs que nous avons pu rencontrer. En effet, la réalité est que la municipalité agît plus dans la communication que dans la résolution effective des problèmes et qu’elle ne semble s’appuyer sur le Cucs que dans le seul et unique but de financer ses propres projets. »

Le bureau de JLC poursuit : « tout a été fait pour rendre notre tache la plus difficile possible et les rares progrès obtenus ne l’ont été qu’a la suite de négociations extrêmement longues et contraignantes. Il a fallu plus d'un an pour qu'un local qui est inutilisé depuis 2 ans soit mis à disposition dans des conditions très restreintes. »

En conclusion, les responsables associatifs estiment « évident que la municipalité n'émet aucune réelle volonté de travailler avec notre association que ce soit sur le plan financier, sportif, culturel, ou social. La dernière réunion "Cucs" a, en outre été révélatrice de la quasi-nullité de la vie associative sur la commune puisqu’elle s’est soldée par le retrait de l'association "Amour, clerc et vie" qui comme nous ne souhaite plus collaborer dans de telles conditions. »

Le 7 janvier 2009, une délégation de JLC s’est présentée en mairie, exigeant d’être reçue par le maire. Tandis que la police municipale arrivait en force, les délégués ont fini par avoir accès au bureau du maire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans vie locale
commenter cet article

commentaires

Karim 22/04/2011 15:56


Je viens de lire l article puis le commentaire qui vient de suivre,JLC méritant d'être aide mais de qui se moque t-on?ce sont des manipulateurs a la tête de cette association pour partir en
vacances frais payes avec l argent du contribuable joinvillais prétextant d'aider ces pauvres jeunes alors que la realite est différente ils en ont rien a carre de vos mômes et de vos
inquiétudes.redescendez sur terre et n écoutez pas ces "pleurnichards" allez creusez a la source et vous verrez que ce que j écris est véridique!


cléo 09/01/2009 10:23

JLC c'est une bouffée d'oxygène. S'il y a une assoc à Joinville qui mérite d'être aidée et soutenue c'est sans doute celle-là. Connait-on le montant des subventions données annuellement aux associations joinvillaises ? je serais curieuse de faire une comparaison...

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes