Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 22:59

La 8ème circonscription du Val de Marne, qui comprend, Maisons-Alfort, Charenton, St Maurice et, cette année, Joinville-le-Pont, votait pour donc pour la première fois dans sa nouvelle configuration. Rappelons qu’en 2007, comme en 2001, Michel Herbillon, maire de Maisons-Alfort, avait été élu dès le premier tour député Ump.

Le résultat montre une forte poussée de la gauche. Il y avait quatre candidats de la majorité présidentielle en lice : Marie-Amélie Bertin (EELV), Patricia Richard (Ps), Arthur Riedacker (MRC) et Fatima Sénéchal Hamami (Front de gauche). Ils totalisent 41,5% alors qu’en 2007 la gauche recueillait 28,1% (+13,4%).

La baisse de la droite est aussi nette : Michel Herbillon et les deux divers droite obtiennent 47,7%. L’Ump seule dépassait 52% en 2007.

Le second tour opposera Michel Herbillon et Patricia Richard. Il aura lieu le 17 juin. Si la droite reste en tête, pour la première fois, une candidate de gauche, portée par la dynamique nationale, a une chance de l’emporter.

 

Joinville

Parti

Voix

%

Inscrits

 

73 789

 

Votants

 

43 302

59,5%

Exprimés

 

42 918

99,1%

Anne Ginieis

Div dr.

325

0,8%

Bila Traoré

NPA

158

0,4%

Pierrette Gracieux

FN

3 011

7,0%

Marie-Amélie Bertin

EELV

1 279

3,0%

Michel Herbillon

Ump

20 100

46,8%

M-H. Adelis

div.

175

0,4%

Patricia Richard

Ps

13 966

32,5%

G. Coustenoble

Div dr.

38

0,3%

Jean-François King

LO

138

0,3%

Arthur Riedacker

MRC

196

0,5%

Nicole Martin

MoDem

906

2,1%

F. Sénéchal Hamami

Fr. de g.

2 349

5,5%

Liliane Sujanszky

Écol.

277

0,7%

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives
commenter cet article

commentaires

Ivan 16/06/2012 21:01


Pas vraiment. La majorité présidentielle regroupe tous ceux qui soutiennent l'action du président élu et du gouvernement qu'il dirige, si les deux sont du même bord. La consigne de vote au second
tour des présidentielles n'intervient pas. En 2002, tous les candidats à l'exception d'Arlette Laguiller et Jean-Marie Le Pen ont appelé à voter pour Jacques Chirac, cela ne faisait pas de la
LCR, du PCF ou du PS des membres de la majorité présidentielle. Quant aux désistements pour le second tour des législatives, j'ose espérer que c'est davantage une honnêteté démocratique qu'une
prétention hégémonique qui a conduit le PS à établir un tel contrat : en effet, puisque le PS souhaite établir une proportionnelle partielle pour la prochaine législature, il serait de bon ton de
prendre de bonnes habitudes et de respecter le candidat arrivé en tête de la gauche au premier tour. C'est tout de même plus sain que d'être élu avec les voix de la droite.

Je compte sur une certaine honnêteté de la part des camarades du PS, j'espère qu'ils respecteront la volonté du Front de Gauche de ne pas être partie prenante de la majorité présidentielle ; ce
mouvement est indépendant, compte le rester, et acceptons qu'une bonne entente, qu'une coopération locale à certains endroits reste possible sans expansionnisme systématique. Les accords passés
doivent placer les deux parties à égalité, c'est au nom de ce principe qu'une résolution comme celle des désistements a été passée.

Ivan 15/06/2012 01:09


Mise au clair : Fatima Sénéchal-Hamami n'était pas une candidate de la "majorité présidentielle", contrairement à Arthur Riedacker du MRC, par exemple, qui l'assumait clairement. Le Front de
Gauche n'accepte aucunement le programme de François Hollande et du Parti socialiste, et conteste les prétentions hégémoniques du PS à gauche. Notre dynamique est celle d'une autonomie
conquérante, nous ne sacrifions pas nos propositions radicales et concrètes au nom d'un accord conclu en position de faiblesse avec le parti "dominant". Pour preuve, les parlementaires du Front
de Gauche ne sont pas dans les groupes des députés socialistes, tant au niveau national qu'européen. Et si nous ne conservons pas notre groupe parlementaire à l'Assemblée, nous n'allons pas nous
joindre au groupe SRC dans lequel figurent le PS et le MRC. Il serait temps de mettre un terme à ce raisonnement bipartisan.

Benoit Willot 16/06/2012 11:58



C'est très net. Le Front de gauche ne fait pas partie de la majorité gouvernementale (qui réunit à ce jour le Ps, EELV, le PRG et le MRC). Mais il fait bien partie de la majorité présidentielle,
celle qui a appelé à voter pour François Hollande lors du scrutin présidentiel et au sein de laquelle des accords de désistement systématiques ont été passés pour le second tour des élections
législatives.



Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes