Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 23:03

À Saint Maur des Fossés, dans le quartier de la Varenne, il y avait un orphelinat (Beiss Yessoïmim) 30, rue Saint-Hilaire et une pension d'enfants juifs, la pension Zysman, 57, rue Geoges Clemenceau. Dans la nuit du 21 au 22 juillet 1944, sur l'ordre du capitaine SS Aloïs Brunner, 28 orphelins y furent arrêtés en compagnie de 6 membres du personnel. En région parisienne, 250 enfants sont arrêtés ce jour-là.

Les enfants âgés de 4 à 11 ans, furent mis dans des autobus, puis conduits à Drancy (aujourd’hui en Seine Saint-Denis). Une internée, Andrée Warlin, raconte, l'arrivée et le séjour des enfants (l'Impossible Oubli, La pensée Universelle; 1980).

« Par une nuit claire, étoilée, nous distinguons de loin, le bruit des autobus qui se succèdent à une cadence rapprochée, les coups de sifflet annonçant les arrivées. Les autobus arrivent les uns après les autres. Nous ne voyons pas tout de suite les nouveaux arrivants. Mais bientôt, à notre effroi indescriptible, nous entendons les voix pétillantes et jacassant de petits enfants tout seuls sans père ni mère. Il y en a de tout petits de deux ans qui traînent leur misérable baluchon. Ils pleurent. Ils n'ont pas eu le temps de s'habiller, on les a arrachés de leur lit, les bousculant. (…)

« Le lendemain, disciplinés, sages, ayant l'habitude d'obéir, de souffrir, ils vont tous en rang au réfectoire, tenant dans leurs petites mains des bols trop grands, et jouant avec leurs cuillères. Ceux de cinq ans s'occupent de ceux de trois ans. Du reste, ils sont mûrs et savent s'adapter. Ils connaissent la vie, la persécution, la souffrance. Ils ont été séparés de leurs parents, le plus souvent déjà déportés, la plupart lors de la rafle du Vel'd'Hiv. Ils savent qu'ils sont juifs, c'est même la seule chose qu'ils savent, ignorant souvent jusqu'à leur nom. Ils savent qu'ils sont en danger, ayant entendu parler depuis leur naissance des camps de la déportation. Tout petits, ils ont l'instinct de conservation comme des petits animaux. Ils essaient de fuir le danger. On en retrouve un dans une niche de chien. "Je veux être un chien", dit-il "puisque les chiens ne sont pas déportés". »

Ils restèrent dans ce camp de transit de la région parisienne avant d'être acheminés le 31 juillet 1944, dans des wagons à bestiaux, 60 par wagons, par le convoi n°77 vers Auschwitz (aujourd’hui en Pologne, sous contrôle allemand à l’époque).

Le convoi comprenait 1300 personnes, dont 270 enfants et adolescents de moins de 18 ans

Un témoin, Denise Holstein, raconte le voyage (brochure "Louveciennes se souvient des enfants juifs", 1990) « La première journée ne fut pas trop terrible, mais le soir, lorsqu'il fallait coucher tous les enfants dans le noir, les cris commencèrent, nous ne pûmes pas dormir une seule minute: les enfants avaient chaud, ils avaient soif, et l'air venait à manquer, les ouvertures étant toutes petites… malgré tout, le moral était bon, il le fallait, nous avions les enfants, et nous n'avions pas à nous lamenter. Nous chantions des chants de route et d'espoir. Le voyage dura deux jours et demi et ce fut le commencement de la souffrance… Nous ne pouvions plus rien avaler, nous avions si soif ! »

A leur descente, ils furent immédiatement envoyés à la chambre à gaz. Aucun d’entre eux ne revint.

De 1942 à 1944, en France, 11 000 enfants juifs subirent le même sort. Dans le même temps, 70 000 survécurent grâce à la solidarité et à l'aide d'hommes et de femmes qui s'opposèrent courageusement à ces crimes contre l'humanité.

Les éditions l'Harmattan, ont publié en 2004 un livre du Groupe Saint-Maurien Contre L'Oubli Les Orphelins de la Varenne, 1941 – 1944. Une sculpture, réalisée par Pierre Lagénie, sert de mémorial depuis l’an 2000.

De ces enfants il ne reste rien

Qu'un nom sur une plaque,

Une sépulture dans nos mémoires.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes