Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 00:04

Charles Floquet, qui a donné son nom à une rue à la limite de Joinville-le-Pont et Champigny et à une impasse joinvillaise, est un avocat, journaliste et homme politique français (1828-1896).

En 1867, il apostrophe tsar de Russie Alexandre II, qui visite le Palais de Justice de Paris pendant la deuxième Exposition universelle, en s’écriant « Vive la Pologne, Monsieur » alors que l’empire oriental occupe le territoire polonais.

Ardent républicain, il combat le régime du second empire plaidant notamment en faveur du journaliste Victor Noir contre le prince Napoléon. Charles Floquet participe à l’établissement de la République et devient adjoint au maire de Paris, Étienne Arago, après la chute de Napoléon III. Il est en charge des relations avec la garde nationale et se consacre à la défense de la capitale contre les armées prussiennes.

Protestant contre l’absence d’élections démocratiques, il démissionne le 31 octobre, tout en siégeant dans la « commission des barricades » et s’engage dans un bataillon d’artilleurs qu’il emmène, le 1er décembre 1870 prêter main forte aux troupes du général Ducrot, pendant la bataille de Champigny. Le combat se tient sur toute la rive gauche de la Marne, notamment dans les quartiers de Polangis et Palissy à Joinville. Malgré le départ des troupes régulières, les hommes de Charles Floquet élèvent des barricades et retardent l’avancée de l’ennemi.

En février 1871, il devient député de la Seine, le département qui comprend Paris et toutes les communes de la petite couronne (dont Joinville et Champigny). Franc-maçon, il fonde la Ligue d’Union républicaine et est arrêté pendant 30 jours à Bordeaux, alors qu’il plaidait auprès de l’Assemblée nationale (déplacée là-bas) en faveur d’une conciliation avec la Commune de Paris.

Il redevient conseiller municipal de Paris, élu dans le 11ème arrondissement, et préside l’assemblée de la ville en 1874. Charles Floquetabandonne son mandat parlementaire pour devenir brièvement préfet de la Seine en 1882, avant de se faire à nouveau élire, dans les Pyrénées Orientales cette fois-ci. Devenu président du conseil (premier ministre), il se bat en duel en 1888 contre le général Boulanger, et blesse le leader populiste qui tentait de s’imposer dans la fragile troisième République.

En 1889, il redevient député de Paris puis est élu président de la chambre. Il meurt en 1896 et est enterré au cimetière du père Lachaise à Paris.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes