Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 23:06

Dans un entretien publié par le quotidien Le Parisien, le 20 août 2009, Jean-Pierre Spilbauer, délégué général de l’Association des collectivités territoriales de l’Est parisien (Actep) et maire (UMP) de Bry-sur-Marne annonce le lancement d’une étude autour d’un projet de réaménagement des l'autoroute A4 entre Noisy-le-Grand et le périphérique parisien.

L'idée première est de réserver une voie aux taxis, aux bus ainsi qu'au covoiturage. Selon l'Actep, il s’agirait de la bande d'arrêt d'urgence, déjà utilisée pour le trafic aux heures de pointe entre Nogent et Joinville. Des bus rapides relieraient Noisy à Paris et de nouvelles gares routières devraient être construites le long du trajet.

Seconde hypothèse, l’abaissement de la vitesse limite sur l'A4 qui passerait à 70 km/h au lieu de 90 km/h entre Champigny et Paris ou 110 km/h entre Noisy et Champigny. Cela aurait pour conséquence une baisse des nuisances sonores pour les riverains.

La troisième idée de l’Actep est de revaloriser le foncier le long de l’A 4. Jean-Pierre Spilbauer remarque que « 64 hectares de terrain » sont disponibles entre la porte de Bercy et le pôle tertiaire de Noisy-le-Grand. Il propose d’y construire des immeubles pour accueillir des entreprises.

L’Actep est un regroupement de 14 communes du Val-de-Marne et de Seine-Saint-Denis, comprenant notamment Joinville et les communes riveraines.

Le magazine Autoplus.fr s’inquiète des 260.000 automobilistes qui empruntent chaque jour l'A4 et estime qu’il n’est « pas sûr » qu’ils « adhérent au projet ». Le journal remarque que « des oppositions fortes se sont déjà soulevées contre le projet de voie réservée sur l'A1 » au nord de Paris entre Le Bourget et le périphérique, qui est actuellement en cours d’expérimentation.

Parmi les réactions à l’article du Parisien, on notera celle de Theflynoisy (20/08/2009) : « J'étais sceptique quand à l'utilité de l'ouverture de la BAU [bande d’arrêt d’urgence], et pourtant le résultat a été positif. Des transports en commun rapide et fréquent entre Noisy-le-Grand et Paris peuvent être une des solutions. »

Zoomeo (20/08/2009) est plus critique : « vous voulez réduire les problèmes de saturation du trafic en IDF [Île de France]? C'est simple: 1- cessez de construire des autoroutes terminant en cul de sac comme l'A86/A4 au niveau du pont de Nogent 2- cessez de soutenir artificiellement le marché immobilier et autorisez la construction d'immeubles un peu plus élevés mais de haute qualité environnementale... et esthétique ça évitera aux gens modestes et primo-accédants de s'exiler au fin fond de l'IDF 3- cassez les goulots d'étranglement des transports en commun, tels que le tunnel Châtelet/Gare du Nord emprunté en alternance par les rames des RER B et D. »

Fred (26/08/2009) qui relève que  « Une voie réservée pour les transports en commun quand la circulation est bloquée, ça existe déjà: à l'entrée de Grenoble. Le résultat est positif. Désengorger le RER A en privilégiant un flux rapide d'autobus sur l'A4, c'est rapide à mettre en place et ça ne coûte pas cher par rapport à toutes les autres solutions. »

De son côté, l'Association de Sauvegarde de l'Environnement de Polangis et du quai de la Marne (Asep), une organisation joinvillaise présidée par Michel Riousset, se préoccupe du devenir des terrains actuellement vacants autour de l’autoroute sur lesquels l’Actep voudrait construire des immeubles. Dans une lettre du 24 août 2009, expédiée au président de l’association intercommunale, Dominique Adenot, maire de Champigny-sur-Marne, l’Asep rappelle que « depuis 1975 », elle « a toujours mené un combat contre toute installation à caractère industriel ou artisanal qui apporterait des nuisances dans nos deux quartiers joinvillais de Polangis et du Quai de la Marne. »

Plaidant pour des « activités ludiques » sur les espaces actuellement « délaissés », l’Asep cite jardins familiaux, un centre équestre ou des terrains de sport. L’association joinvillaise affiche son « opposition totale à tout projet visant à installer des locaux d’entreprises le long de l’autoroute A4-A86 sur le territoire de Joinville-le-Pont. »

  • Les membres de l’Actep : 2 départements (Val de Marne, Seine Saint-Denis) et 14 communes (Charenton, Saint-Maurice, Joinville, Champigny, Villiers-sur-Marne, Nogent, Le Perreux, Bry-sur-Marne, Saint-Mandé, Vincennes, Fontenay-sous-Bois, Rosny-sous-Bois, Neuilly-Plaisance et Neuilly-sur-Marne). Au total, les villes regroupent 460 000 habitants.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans autoroute
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes