Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 23:06

Dans le cadre de son tour de France en 10 étapes, intitulé « La France qu'on aime », la première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry a choisi le Val de Marne pour son moment en Île de France. La première session s’est déroulée à Angoulême (Charente) le 22 septembre, la seconde aura lieu à Auch (Gers) le 30 septembre.

La maire de Lille sera à Cachan le vendredi 9 octobre 2009. Cette rencontre sera la première après les résultats du vote, le 1er octobre, des militants socialistes au cours d’un référendum interne sur la rénovation du Ps (non cumul des mandats, primaires ouvertes pour la sélection du candidat de la gauche à la présidentielle, parité, diversité, démocratie interne, etc.).

L’objet de ces rencontres est d’assurer un débat public sur la situation et l'avenir de la France en allant « à la rencontre des français pour les écouter, dialoguer, entendre leurs propositions et pour construire ensemble un projet pour notre pays. »

Dans chaque ville étape, une enquête filmée introduira un forum. Le débat réunira des français de tous horizons politiques : ceux qui participent déjà habituellement à la vie politique, mais aussi, ceux qui, tout en ayant beaucoup d'idées, doutent ou se sentent éloignés du débat public. Des ateliers thématiques ouverts à ceux qui le souhaitent viendront enrichir le projet.

Une enquête préalable, réalisée en mai 2009, a permis d’identifier quatre préoccupations : attachement au modèle républicain et social de la France, demande de maîtrise de la mondialisation, exigence d’un avenir pour les jeunes, recherche d’idées pour remettre les Français au cœur de la politique. Voir ci-dessous le résultat de l’enquête.

La réunion de Cachan est ouverte au public.

Le tour de France de Martine Aubry s'achèvera par une grande rencontre en décembre.

  • Martine Aubry le 9 octobre 2009 à 18h45 au gymnase Victor Hugo, 74, avenue du Président Wilson 94230 Cachan (voir plan d’accès)
  • Accès en transports en commun depuis Joinville-le-Pont : RER A jusqu’à Châtelet-les-Halles puis RER B (direction Saint Rémy les Chevreuse / Robinson jusqu’à Bagneux) et 10 minutes à pied (voir le site de la Ratp)
  • Le site du Tour de France du projet : http://lafrancequonaime.fr/letour/

 

Synthèse de l’enquête

L’enquête qualitative réalisée dans la deuxième quinzaine du mois de mai 2009 auprès d’un échantillon significatif des Français (1500 contacts dans 30 villes, villages et métropoles, 131 personnes filmées, 30 heures d’enregistrement) fait apparaître quatre préoccupations majoritaires.

Une expression forte et généralisée d’attachement à la France avec un retour aux valeurs républicaines de base : liberté, égalité, fraternité, laïcité, défense du modèle social et économique, mixité. C’est une « manière de vivre » qui est approuvée, quels que soient les courants politiques.

Elément essentiel : la diversité, dans tous ses aspects, est désormais considérée comme une donnée constitutive de l’identité Française et de sa force.  Une majorité des personnes interviewées exprime une fierté de ce qu’est la France et ont le sentiment que ce qu’ils considèrent comme notre modèle doit être défendu car il est attaqué.

Une demande de maîtrise de la mondialisation

Conscience particulièrement dramatisée dans les couches populaires (plusieurs personnes interviewées évoquent une situation « pré-insurrectionnelle ») et dans les couches moyennes : le mot de « disparition » est même prononcé.

Il faut stopper les excès de l’économie financière (« sortir de là-dedans »), mieux réguler la mondialisation. La France doit investir dans les secteurs où elle est compétente (tourisme, recherche, etc.) et mieux traiter les PME (« les hommes politiques prétendent s’en occuper mais cela n’est pas vrai »).

Les personnes interviewées souhaitent marquer une différence par rapport au capitalisme anglo-saxon. Le modèle social français doit être défendu mais la destination de l’argent mieux contrôlée (assistance, dividendes, etc…).

Les délocalisations provoquent des réactions anti- immigrés, mais la majorité des personnes interviewées considère la diversité et l’immigration comme « un devoir historique » ou un atout économique (« même si on ne peut pas accueillir tout le monde »). La majorité actuelle est créditée de la présence de ministres de la diversité au gouvernement (« et ça aurait pu être fait depuis longtemps »).

L’urgence écologique est largement exprimée avec l’idée qu’il faut aller beaucoup plus loin et que la France a un rôle international à jouer dans ce domaine.

Une urgence : un avenir pour les jeunes

C’est une préoccupation majeure formulée par jeunes et adultes. « La question décisive c’est l’avenir des jeunes et ce qu’ils feront demain ». Cette question s’exprime en termes d’emplois, mais surtout d’orientation et d’accompagnement du projet de vie (« on oriente les jeunes d’après les notes et pas d’après ce qu’ils veulent faire »). Le système scolaire doit être refondé profondément (« les constats sont bons, les solutions proposées désastreuses »). La réforme de l’école apparaît comme la dernière chance de sauver les valeurs de la société française.

Remettre les français au cœur de la politique

Cette demande-là est fréquente dans les enquêtes qualitatives, mais elle est dans celle-ci plus forte que jamais. S’exprime une certaine destruction des repères politiques et surtout une différence accentuée entre ceux qui sont dans le débat public, et d’autres, en général issus des « couches populaires » qui se sentent exclus de ce débat.

Un phénomène « populiste ? » se développe qui accentue la coupure avec des élites, pourtant souvent désireuses de bien faire. Le besoin d’écoute correspond au désir de combler ce fossé qui se constitue.

Les partis politiques sont critiqués, et en particulier le PS (manque de confiance). L’action et la personnalité du Président de la République, dont la médiatisation est critiquée, provoque des clivages entre opposants (les plus nombreux) et partisans du Président. De manière globale, des personnes interviewées attendent des partis qu’ils organisent le rassemblement des bonnes volontés.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes