Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 23:10

Selon l’hebdomadaire Val-de-Marne Infos (24/09/2009), « Les élus val-de-marnais sont réservés ! » vis-à-vis du Grand Paris. Le conseil général du Val-de-Marne a été la seule instance politique francilienne a donner son avis sur l'avant-projet de loi du secrétaire d'État Christian Blanc, qui propose la création d'une Société du Grand Paris (SGP).

Le document a été remis le 28 août 2009 aux présidents des conseils généraux et régional en leur demandant de rendre un avis pour le 25 septembre au plus tard. L’assemblée départementale du 94 a donc été la seule à organiser une séance extraordinaire sur ce projet le 18 septembre.

Ce qui est frappant, c’est la convergence des critiques de droite à gauche.

Pour Christian Favier, président (Pcf) du conseil général « La métropole n'a pas besoin d'une SGP ». Il remarque que le projet de loi est «très restrictif au regard des besoins des habitants, tout en proposant une refonte totale de la conception de l'aménagement en Île-de-France au profit d'une reprise en main de l'État.»

En contrepartie, Christian Favier plaide pour un renforcement du syndicat mixte Paris-Métropole qui « doit être pleinement reconnu par l'État comme instance de représentation politique principale de la métropole.»

Son principal opposant, Jacques Martin (Ump), président du groupe majorité présidentielle n’est guère plus tendre, estimant que « Ce n'est pas à l'État de décider de tout. »

Le maire de Nogent sur Marne indique que la position de son groupe est « plus que réservée sur l'avant-projet et nous souhaitons fortement de nettes améliorations du texte ». Il met en cause le «transfert des compétences d'aménagement des collectivités vers l'État beaucoup trop important. Nous ne pouvons accepter que les collectivités soient dessaisies de leurs responsabilités par un État recentralisateur. »

Pour le représentant du groupe communiste, Pascal Savoldelli, « Nicolas Sarkozy met fin à la décentralisation ». Il revendique au contraire « les valeurs d'un Paris-Métropole dynamique ». Il s’inquiète également que des « projets comme Orbival deviennent des trains fantômes dans les quartiers délaissés. »

Au nom des socialistes, Jean-Jacques Bridey fustige le « Retour d'un État napoléonien ! » Le maire de Fresnes s’oppose à un État centralisateur qui asphyxierait les collectivités.

Enfin Joseph Rossignol, maire de Limeil-Brévannes (parti de gauche) qui préside le groupe Entente citoyenne (majorité départementale) s’insurge contre « la mise en place d'une politique d'injustices sociales » et plaide pour «un rééquilibrage est-ouest» au sein du territoire.

  Christian Favier

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Île de France
commenter cet article

commentaires

Frédéric Delalot 02/10/2009 00:21


Projet d'envergure. Mise en oeuvre complexe mais quasi obligatoire.


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes