Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Je ne veux pas dire : « Adieu les enfants »

Publié par Benoit Willot sur 5 Septembre 2006, 23:00pm

Catégories : #sans papiers

Les centres de rétention, les charters, les reconduites à la frontière, lorsque ce sont des mots dans les interventions de Nicolas Sarkozy, le ministre de l’intérieur et président de l’UMP, çà reste des concepts inquiétants, mais abstraits.

Quand ces mêmes termes passent dans la bouche des enfants, çà devient particulièrement émouvant.

Deux familles domiciliées à Joinville, dont les enfants sont dans nos écoles, sont aujourd’hui clairement menacées d’expulsion. Pour l’une, dont deux enfants viennent de faire la rentrée lundi à l’école primaire, la sous-préfecture considère qu’ils sont arrivés « extrêmement récemment » en France – en fait, ils sont venus début juin 2004, il y a 27 mois. Le courrier annonçant le refus de leur demande de régularisation est arrivé le matin même où les enfants prenaient à nouveau le chemin de l’école.

Pour une autre famille, dont le fils est scolarisé à Vitry où ils résidaient antérieurement, c’est vers le 23 août que la lettre menaçante a été expédiée, au motif qu'il n'y aurait « pas de réelle volonté de mener une vie familiale en France » car deux enfants sont restés au pays.

Deux autres familles sont encore dans l’attente d’informations quant à leur sort.

Des parents d’élèves, avec l’appui de leurs associations, d’élus et du Réseau éducateurs sans frontières (RESF) se mobilisent pour appuyer les recours que les familles ont engagé et empêcher leur renvoi.

Voici la réaction d’un Joinvillais ce mardi : « je suis atterré. Chaque époque sécrète sa forme de barbarie dont la grande majorité ne s'aperçoit malheureusement qu'après coup. Le sort fait aux sans-papiers est sans aucun doute la contribution de notre temps à la longue série d'horreurs qui déshonorent l'histoire humaine... » 

Je ne veux pas avoir à dire « Adieu les enfants » aux petits N., R. et M… 

 Avec RESF, faisons en sorte que la chasse aux petits enfants ne soit pas ouverte.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents