Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

18 octobre 2006 3 18 /10 /octobre /2006 23:00

La révision du calendrier électoral suscite de plus en plus d’opposition. Après l’AMF et l’Association des petites villes de France (APVF), les maires des villes moyennes «renouvellent leur attachement» au respect de la loi du 15 décembre 2005 qui fixe la date des élections municipales à mars 2008.

Le président de l’Association des maires de petites villes de France (APVF), Jacques Pélissard, député UMP et maire de Lons le Saulnier (Jura), qui vient par la bouche a souligné l’hostilité des maires à une fixation de la date des élections municipales à l’automne 2007. Il s’est prononcé pour un maintien du calendrier de mars 2008.

L’APVF indique que «les maires des petites villes s'inquiètent des déclarations visant à modifier à nouveau le calendrier électoral pour les élections municipales». Selon l’association, les maires «ne comprendraient pas que l'on modifie à nouveau le calendrier pour convenance politique, quel que soit le nouveau président de la République, et que la première loi votée par le prochain gouvernement consiste en juillet prochain à modifier la loi électorale». «Une telle modification reviendrait à fixer la date des prochaines élections municipales quatre mois plus tard (...) au mépris de tout débat démocratique et de la réglementation du financement des campagnes électorales».

La loi du 15 décembre 2005 a prorogé d'un an la durée du mandat des conseillers municipaux et des conseillers généraux. Ce report était destiné à éviter la concentration sur la seule année 2007 des scrutins présidentiel, législatifs et sénatoriaux ainsi que des élections municipales et cantonales. Défendu alors par le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy, ce calendrier ne satisfait guère l’actuel… président de l'UMP. Candidat à l'élection présidentielle, il préférerait, en cas de victoire, que cette dynamique puisse bénéficier à son parti dans les scrutins suivants. Aussi envisage-t-il, selon la presse, que les municipales aient lieu en octobre 2007. Brice Hortefeux, ministre délégué aux Collectivités territoriales et très proche de Nicolas Sarkozy indique que «ce que la loi a fait, la loi peut le défaire».

La révision du calendrier électoral suscite de plus en plus d’opposition. Après l’AMF et l’Association des petites villes de France (APVF), les maires des villes moyennes «renouvellent leur attachement» au respect de la loi du 15 décembre 2005 qui fixe la date des élections municipales à mars 2008.

La Fédération des maires des villes moyennes (FMVM), présidé par Bruno Bourg-Broc, député-maire (UMP) de Châlons-en-Champagne, s’est inquiétée des «conséquences que pourrait entraîner la révision du calendrier des élections municipales évoquée par certains dans le cadre de la campagne présidentielle.»  «Une telle modification poserait en effet des problèmes de gestion tant au niveau organisationnel que sur le plan juridique pour les équipes municipales et serait source de paralysie et de contentieux», estime la FMVM pour qui «les règles applicables en matière de financement de la campagne électorale et en particulier la date de départ de la prise en compte des dépenses de campagne en est l’illustration la plus flagrante.»

 

Sur le plan local, s’il semble utile que certains sortants puissent sortir très vite, on s’inquiètera aussi cependant de cette éventuelle manipulation de dates pour raisons de convenances politiciennes.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans municipales
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes