Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Ce que la privatisation de Gaz de France va nous coûter

Publié par Willot sur 22 Juin 2005, 23:00pm

Catégories : #politique

A l'échelle nationale, il est difficile d'évaluer le coût exact pour la collectivité de la privatisation de la société Gaz de France. Par contre, on peut le chiffrer assez précisément la dépense supplémentaire que devra supporter la mairie de Joinville : 1.300 euros par an, un chiffre à mettre en rapport avec une dépense jusqu'ici d'environ 15.000 euros. Bien sûr, ces frais supplémentaires ne tiennent pas compte de la hausse très importante attendue du prix du gaz (plus de 11%).

La raison est très simple. Il ne sera bientôt plus possible de s'abonner au gaz, tout simplement. Pour une collectivité, il faut en passer par un appel d'offres, même pour des montants aussi faibles. Or, monter un dossier d'appel d'offres est compliqué, nécessite beaucoup de temps pour les employés municipaux et implique, en général, de faire appel à un cabinet de conseil spécialisé. Pour éviter ces inconvénients, la commune peut adhérer à un syndicat ad-hoc. C'est ce que Joinville a fait lors du conseil municipal du 22 juin, en s'affiliant au groupement de commandes du SIGEIF, syndicat du gaz d'Île de France. Les frais liés à cette adhésion ne sont peut-être pas énormes dans l'absolu, mais ils représentent malgré tout 8% en plus sur la facture municipale.

Par hasard ou par malignité du maire, le 22 juin était également le jour où le gouverment lancait la vente d'une partie du capital de GDF en bourse.

Ce qui vaut pour le gaz vaut d'ailleurs, et à une échelle plus élevée, pour l'électricté et le téléphone.

Fig 1 

Un bateau de Gaz de France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Loïc Talmon 12/07/2005 00:34

Votre texte relève presque du comique, s'il n'entendait pas conspuer en coulisse la (toute relative) libéralisation des services qui a (enfin) commencé en France. Vous nous expliquez en effet que la privatisation (d'une petite partie) de Gaz De France va coûter plus cher... à la collectivité. Vous poussez le vice jusqu'à rentrer dans le détail de cette dépense supplémentaire, qui se compose essentiellement de frais de dossiers. Ou du paradoxe d'une administration incapable de s'adapter à la réalité d'un marché que la France autorise enfin à percer quelque peu sur son territoire. Quant à la hausse du prix du gaz proprement dite, il y a une solution, toute simple : la privatisation totale de la toute nouvelle société anonyme Gaz De France. Afin que, par la magie de la "concurrence libre et non faussée" que peu comprennent dans ce pays, les offres baissent de manière drastique pour finalement s'aligner, le tout au bénéfice du consommateur.

Cordialement.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents