Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 00:00

C’est dans la ville de Joinville (mais au Brésil) que s’est tenue, les 8, 9 et 10 décembre 2006, une « Conférence panaméricaine en défense des droits sociaux, de la réforme agraire et des industries ». Il y avait 691 délégués représentant 12 pays, dont des militants des fédérations syndicales de la CUT (Brésil), de l’UNT (Venezuela) et du PIT-CNT (Uruguay). 

Cette conférence se tenait dans l’enceinte de l’usine CIPLA, qui est gérée par les travailleurs depuis 2002. Le premier jour, les travailleurs de cette entreprise ont à la quasi-unanimité adopté la semaine des 30 heures, sans baisse de salaire. Au Brésil, la semaine de travail est, en moyenne, de 44 heures. Désormais, chez CIPLA, il y a une excellente cantine, un centre médical bien équipé, qui comprend des services de physiothérapie, d’acuponcture et kinésithérapie. A cela s’ajoutent une salle de projection de films , ainsi que des salles de réunion où des séances de lectures sont régulièrement organisées. 

Dans une partie de l’Amérique latine, on assiste à un mouvement d’occupation d’usines. En Argentine, depuis l’effondrement économique de 2001, plus de 200 usines sont occupées et gérées par les salariés. Au Brésil, les travailleuses de l’entreprise Plascalp Produtos Cirurgicos ont pris le contrôle de leur entreprise de 1100 salariés. 

Au Venezuela, des entreprises sont en « cogestion », c’est-à-dire en fait sous contrôle ouvrier (Invepal, Inveval…) dont la grande entreprise Sanitarios Maracay. Sous la menace d’une fermeture d’activité par son propriétaire, elle a été occupée par les travailleurs.

La France a connu quelques mouvements comparables, il y a une génération. En 1973, l’usine horlogère Lip à Besançon était occupée de la même façon. Un mouvement de lutte incroyable qui a duré plusieurs années, mobilisé des foules entières en France et en Europe, multiplié les actions illégales sans céder à la tentation de la violence, porté la démocratie directe et l'imagination à incandescence.

 

Un film retrace cette épopée, à travers des récits entrecroisés, des portraits, des archives. Christian Rouaud, le réalisateur de Les LIP, l'imagination au pouvoir, donne à voir et à entendre les hommes et les femmes qui ont mené la grève ouvrière la plus emblématique de l'après 68,

 

Le film sera projeté mercredi 4 avril à au cinéma Luxy 77, avenue Georges Gosnat à Ivry-sur-Seine  (tél. 01 72 04 64 60 ).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans international
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes