Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Reclassement au conseil municipal de Joinville

Publié par Benoit Willot sur 26 Mars 2007, 23:00pm

Catégories : #conseil municipal

Le conseil municipal du 21 mars a été l’occasion d’importants changements dans l’équilibre des forces au sein de la majorité municipale.

L’occasion en a été donnée par la création d’une zone d’aménagement concerté (Zac) sur les Hauts de Joinville (le quartier de la mairie). Le projet a été lancé en 2001 par le maire, Pierre Aubry (divers droite) et constitue le programme phare de son mandat.

Pour des raisons différentes, mais convergentes, le groupe des élus de gauche (4 sièges) et les écologistes (2 sièges) se sont prononcés contre. Pour la gauche, j’ai mis en avant le fait que, contre toute logique économique et sociale, le maire refusait tout logement social parmi les 400 nouveaux appartements prévus. Les écologistes ont contesté la méthode et la densification qu’apportait le projet.

La liste divers droite n’était représentée que par une de ses deux composantes ; Bernadette Philippot , ancienne collaboratrice de Pierre Aubry , dissidente en 2001, confirme son rapprochement avec la majorité. Elle s’est prononcée pour le projet.

Par contre, les élus UDF ont, pour la première fois, pris leurs distances dans un vote public. Séverine de Compreignac , adjointe au maire chargée de l’environnement et candidate du parti centriste aux législatives, a indiqué que son collègue UDF (Areski Oudjebbour) et elle même s’abstenaient sur ce vote pourtant majeur. Elle a critiqué l’imprécision du projet et son impréparation.

La sanction a été immédiate de la part des autres élus de droite. Une commission consultative a été élue pour suivre ce projet de Zac. Le vote organisé à la proportionnelle aurait dû logiquement donner 7 élus pour la liste de la majorité municipale, 2 pour la liste commune de la gauche et des écologistes et 1 pour la liste de droite de Bernadette Philippot. Mais cette dernière a obtenu 4 suffrages de plus, en provenance d’élus de la liste Aubry. De ce fait elle a eu 2 élus, quand la liste Aubry n’en a eu que 6 ; or, la septième sur la liste était Séverine de Compreignac

Si l’UMP à Joinville n’est unie sur à peu près rien au plan local, elle semble au moins avoir un sujet de consensus : son opposition à l’UDF.

 Séverine de Compreignac et François Bayrou à Joinville en 2005

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents