Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Joinville : la droite confirme, la gauche non socialiste est faible, le centrisme est à un haut niveau

Publié par Benoit Willot sur 23 Avril 2007, 14:28pm

Catégories : #Présidentielle

On remarque que les candidats des trois principaux partis (Ump, Ps et Udf) évoluent de manière parallèle depuis 1995 (nous avons considéré Édouard Balladur comme Udf, puisque cette formation le soutenait).

En 2002, les trois principales formations avaient connu une forte baisse. En 2007, elles retrouvent toutes les trois des couleurs, sans doute largement au détriment de l’extrême droite et de la gauche communiste ou trotskiste.

Une des caractéristiques du vote à Joinville-le-Pont est la concentration plus forte qu’au plan national sur le nom des principaux candidats.

Les trois candidats Ump, Ps et Udf représentent 83,4% des voix dans la commune, alors qu’ils constituent 75,5% de l’électorat national.

Si l’on considère les quatre premiers candidats, Ump, Ps, Udf et Fn, le total joinvillais est de 90,2% malgré la faiblesse relative du Front national, tandis que sur l’ensemble de la France, il se chiffre à 86%.

L’extrême droite perd localement plus du tiers de son potentiel électoral national. C’est, curieusement, également la même déperdition pour la gauche de la gauche. Les gains sont plus diversifiés. Si Nicolas Sarkozy et Dominique Voynet font sensiblement mieux, le gain est encore plus fort pour François Bayrou, mais plus limité pour Ségolène Royal.

Pas plus qu’antérieurement, ni Joinville, ni la France ne sont à gauche.

Mais le vote François Bayrou peut-il être comparé au vote Udf antérieur ? Il est probable que non. Une des caractéristiques qui montre que c’est un vote d’un type nouveau, c’est la faiblesse des écarts entre le vote Bayrou d’un lieu à l’autre : pour tous les votes plus enracinés, il y a zones de force, d’autres de faiblesse. Mais classiquement, lorsqu’une offre politique nouvelle apparaît (les Verts, le Fn, etc.), ils réalisent des scores assez homogènes lors de leur première manifestation.

Dans les bureaux de vote de Joinville, François Bayrou oscille entre 18,4% et 24,2%. Les écarts sont plus substantiels pour Ségolène Royal (de 20,5 à 36,1%) ou pour Nicolas Sarkozy (de 26,7 à 40,7%) comme pour Jean-Marie Le Pen (de 4,5 à 9,3%).

Il est donc difficile de savoir comment cet électorat, au moins partiellement renouvelé, se comportera au second tour.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents