Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 11:28

Le débat entre les candidates à l’élection législative dans la 7ème circonscription du Val de Marne, organisé par la Forum politique nogentais, s’est déroulée le 29 mai, dans une salle pleine de l’école primaire du Val de Beauté à Nogent sur Marne.

Plus de 220 participants étaient là; malgré l’absence remarquée de l’ensemble des maires et de la plupart des élus Joinville: Est-ce à dire qu’ils ne se sentent pas concernés par l’élection législative ou, plus inquiétant encore, qu’ils ne s’intéressent pas au débat ? Pour Joinville, par exemple, on ne comptait que deux conseillers municipaux, Marie-Pierre de Fabrègues et Benoit Willot. Mais ce n’était pas différent pour les autres communes.

Le débat a été exclusivement féminin, animé par également par une femme, Cécile Dubois. Mais on y a fort peu parlé des problèmes spécifiques des femmes, et à peine de la question de la parité en politique ; la féminisation de la vie politique deviendrait-elle tellement normale qu’elle n’est plus un sujet en elle-même ?

Le débat a connu 5 phases, dont je donne ci-dessous les mots-clés que j’ai relevé.

La présentation des candidates 

Séverine de Compreignac (UDF MoDem), maire-adjoint de Joinville-le-Pont, conseillère régionale d’Île de France : entre l’UDF ancienne et le MoDem, 22 députés de perdus,  75.000 militants de retrouvés. Le pire dans la façon de faire de la politique a été la mise en œuvre du Contrat première embauche (Cpe) : le gouvernement n’écoutait, a essayé de passer en force, et a dû reculer. La loi doit être appliquée, même à Saint Maur en ce qui concerne la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU). « Je veux être une alliée critique de la majorité présidentielle. j'ai voté blanc au second tour de la présidentielle, mais je ne suis pas dans l'opposition. » On a besoin de contradicteurs à l’assemblée.

Monique Joubert (candidate socialiste, soutenue par le parti radical de gauche et le mouvement républicain et citoyen) : mes priorités sont le logement (pour les jeunes, en faveur d’un équilibre entre les villes), l’environnement, et l’emploi qui conditionne la réduction de la dette publique. Il importe de Redonner vie au lien social par la démocratie participative mais aussi en encourageant l’économie sociale et solidaire.

Annie Lahmer (Les Verts, soutenue par les Alternatifs), conseillère municipale de Nogent sur Marne, conseillère communautaire de la communauté d’agglomération de la Vallée de la Marne : non au bipartisme entre le Ps et l’Ump. La modification de l’aide médicale d’État est dangereuse pour la santé publique ; les étrangers doivent avoir droit aux soins. Il faut renforcer la proportionnalité de l'impôt et que le travail rapporte plus que le capital. Dans le système électoral, la représentation proportionnelle permet de travailler ensemble, à l’exemple de ce qui se fait entre les Verts et les centristes au parlement européen.

Marie-Anne Montchamp (Ump), députée sortante, conseillère régionale d’Île de France : il est nécessaire de redonner du choix aux français, pour sortir du "no future". Certains besoins se heurtent à des temps d'attente insupportables. Nous devons faire attention aux ressources fragiles.

Geneviève Vidy (Pcf), maire-adjointe de Champigny sur Marne : « je rassemble les forces de gauche antilibérales. Je veux représenter les 50% de val-de-marnais qui gagnent moins de 1350€/mois ». Les baisses d'impôts ne profitent pas à ceux qui ont des ressources moyennes. Le développement d’infrastructures, comme le projet de métro en rocade Orbival, est nécessaire.

Débat emploi / économie 

La première série de 7 questions aux candidates a porté sur les thèmes de l’emploi et de l’économie. Les interrogations ont notamment porté sur la fiscalité. Je livre ici un court aperçu des réponses.

Geneviève Vidy (Pcf) : l’impôt est l’expression de la solidarité nationale et il est nécessaire. Le rééquilibrage de l’agglomération parisienne passe par la promotion de la recherche en Val de Marne, ce qui n’a pas été fait par le gouvernement sortant qui a préféré Boulogne à Villejuif pour un équipement contre le cancer. On vend les centres de sécurité sociale, est-ce la modernité? On supprime des emplois à La Poste de Champigny, alors qu'il y a déjà des queues sans fin.

Marie-Anne Montchamp (Ump) : on doit alléger l’État, sans le diminuer. Il convient de redonner du sens à l'impôt, pour qu’il soit accepté et supprimer les contrôles systématiques. « Je proposerai de sortir la résidence principale de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) ». S’exprimant sur les impôts locaux à Nogent, celle qui a été première adjointe au maire a indiqué « j'ai dit ce que j'en pensais, j'y reviendrai. »

Annie Lahmer (Verts) : les français sont bons. On de la chance d'avoir des fonctionnaires. Trop d'argent échappe à la fiscalité. 

Monique Joubert (Ps) : Défiscaliser les heures supplémentaires s’oppose à la création d’emplois nouveaux et risque d’être non constitutionnel, car l’égalité face à l’impôt est rompue. Les gens doivent pouvoir s'exprimer, les réformes sociales n’ont pas à être décidées d’en haut. On doit porter attention à la revalorisation des petites retraites. Pour permettre de sortir des situations d’exclusion, un revenu de solidarité active soit être mis en place.

Séverine de Compreignac (UDF MoDem) : Il faut plutôt réfléchir à supprimer l'ISF de manière franche que le faire en catimini.

Éducation 

La deuxième série de 6 questions aux candidates a porté sur l’éducation. Les interrogations ont porté sur le soutien scolaire, la carte scolaire, l’éducation artistique, l’autonomie universitaire et les handicapés.

Séverine de Compreignac (UDF MoDem) : il faut refaire l'égalité, en dotant les établissements même si le coût budgétaire est important. La loi Montchamp sur l’accueil des enfants handicapés dans les écoles formule de très bonnes intentions, mais malheureusement elle n'est pas applicable.

Monique Joubert (Ps) : le potentiel des enfants est aussi artistique. On a besoin de mélange parmi les enfants  dans les écoles, comme dans les villes. Un soutien scolaire personnalisé et gratuit doit être proposé à tous ceux qui en ont besoin. Il convient d’assurer la prise en charge de tous les handicaps au sein de l'école, même de ceux qui ne sont pas visibles. « En ce qui concerne l'Université, je suis très attachée au service public. »

Annie Lahmer (Verts) : il faut laisser les enfants s'épanouir ailleurs que dans la « culture Tf1. »

Marie-Anne Montchamp (Ump) : il faut étendre la référence territoriale des établissements pour que les parents puissent choisir. Pour scolariser les enfants handicapés, les assistants de vie scolaire sont importants pour compenser et accompagner. Des enseignants référents sont supposés les enseignants spécialisés auprès des handicapés, mais il y a un problème de mise en œuvre de cette réforme dans le Val de Marne et l’académie de Créteil.

Geneviève Vidy (Pcf) : des classes de plus de 30 enfants, ce n'est pas normal, surtout dans les quartiers. La mixité sociale doit se faire dans les quartiers eux-mêmes.

Questions diverses  

La dernière série de 14 questions aux candidates a porté sur les autres thèmes et en particulier sur les situations locales.

Geneviève Vidy (Pcf) : On a besoin de places en crèche et d’accueillir les enfants de 2 ans en maternelle. Il faut intégrer dans les plans d’urbanisme (PLU) des obligations de construction de logements sociaux, comme Champigny l’a fait (30% dans les opérations neuves).

Marie-Anne Montchamp (Ump) : sur le tronc commun aux autoroutes A4 et A86, « j'ai exigé et obtenu la tenue d’une concertation. Je continue à porter la solution autoroutière sous-fluviale » en olus du traitement environnemental du viaduc.

Annie Lahmer (Verts) : le plan d’urbanisme de Paris (PLU) prévoit 25% de logements sociaux à partir de 1000m2 de construction neuve et même 700m2 au centre Paris. Nogent est la ville qui offre le moins de places en crèche du Val de Marne.

Monique Joubert (Ps) : d'autres catégories de populations, d'autres classes d'âge doivent accéder à des fonctions politiques, pour rénover la vie publique. On doit abroger les dispositions qui rendent difficile la situation des étrangers installés depuis longtemps en France. Il faut assurer une mixité de l’habitat, aussi dans la rénovation des logements.

Séverine de Compreignac (UDF MoDem) : on doit se consacrer à plein temps à un mandat de député. La réforme des institutions passe par la décentralisation en fusionnant les départements et les régions. Par rapport au programme du gouvernement, mieux vaudrait réfléchir que courir en se précipitant pour appliquer le programme du candidat Nicolas Sarkozy. Sur l’autoroute A4 A86, on s'est fait avoir ; le mode de financement envisagé, le partenariat public-privé est « incroyable », inadapté.

Conclusion  

Pour conclure, Geneviève Vidy (Pcf) a proposé de faire le choix de la vie quotidienne. Marie-Anne Montchamp (Ump) a expliqué qu’en un mandat, elle a acquis de l’expérience. Annie Lahmer (Verts) a suggérer aux électeurs de voter comme ils en ont envie, en permettant aux Verts de continuer à exister. Monique Joubert (Ps) a souhaité une forte participation qui permette la réconciliation des citoyens avec la vie politique. Séverine de Compreignac (UDF MoDem) a proposé d’organiser un débat de 2d tour... avec elle.

  Les candidates...

... et la salle

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Législatives
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes