Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 23:00

Marie-Anne Bacot, directrice interrégionale du Bassin de la Seine à l’établissement public Voies Navigables de France (VNF) a écrit aux maires d’Île de France concernés. En effet, la loi sur l’eau du 30 décembre 2006 a, dans son article 69, introduit de nouvelles règles pour l’habitat fluvial : « les zones d’occupation du domaine public fluvial (…) ne peuvent être délimitées par le gestionnaire de ce domaine qu’après accord du maire de la commune. »

Jusqu’ici, c’était VNF qui fixait ces zones. En application de ces nouvelles règles, VNF a donc transmis aux maires riverains des fleuves un projet de délimitation. Marie-Anne Bacot leur précisait que « les maires des communes concernées peuvent être fondés à s’opposer à tout ou partie de ces zones ». Mais rien n’oblige les maires à répondre, et l’absence de réponse dans un délai de deux mois vaut refus.

Dans le Val de Marne, environ 75 bateaux disposent d’autorisation de stationnement sur la Seine et la Marne, dont 13 à Saint Maur des Fossés, 4 à Joinville-le-Pont, 7 à Champigny sur Marne, 9 à Maisons Alfort… en Île de France, il y en aurait environ 1.300.

Bry sur Marne, qui n’accueillait qu’un seul bateau a donné un avis négatif, tandis que Saint Maur hésite et que Champigny ou Joinville n’ont pas répondu, selon l’ADHF et le quotidien Le Parisien (30/05/2007). Or délai de réponse, non-réponse ou réponse négative sont équivalents à une opposition.

La conséquence pour les habitants, jusqu’ici légaux, sera conséquente : ils devront verser à VNF indemnité d’occupation majorée de 100 % par rapport à la redevance des occupants autorisés. De plus, ils deviendront expulsables.

À Joinville-le-Pont, les 4 péniches autorisées à stationner, qui acquittent d’ailleurs des taxes communales, sont situées sur le quai du Halage, à proximité de l’usine des eaux de Paris (Sagep) et du siège local de VNF.

Leur cas n’est évidemment pas à comparer avec celui de la vingtaine de bateaux habités au sein du port de plaisance, qui, eux, ne disposent pas d’une autorisation mais sont tolérés. 

L'association de défense de l'habitat fluvial (ADHF-F), présidée par un saint-maurien, Christian Duguet, fédère 80 associations regroupant 750 bateaux. Elle a réagi très vivement, le 16 mai, à la situation, s’estimant affichant « déception et perte de confiance à l’égard de VNF » car l’association, qui avait longuement discuté avec VNF, estimait que la loi ne concernait que les zones nouvelles de stationnement.

L’association qui s’inquiète « d’une nouvelle offensive contre les bateaux logements » envisage des manifestations et articles dans la presse, courriers au ministre des transports….

 

 Les bateaux stationnés à Joinville-le-Pont

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans Marne - Port et bateaux
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes