Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 23:00

Le 12 juillet, malgré les demandes, aucun fonctionnaire n'a été en mesure de répondre à une demande de rendez-vous, pourtant formulée de longue dante de  l’Association du Coteau de Nogent (ACN, Val de Marne) et la coordination Priartem 94 à propos de l'installation d'antennes de téléphonie mobile à Nogent.

Vendredi 22 juin 2007, les deux associations organisaient la projection du documentaire « Antennes relais sommes-nous tous des cobayes ? » de la réalisatrice Joaquima Ferreira et la faisaient suivre d’un débat dont le site Internet de l’ACN rend compte.

Si la quarantaine de participants venait majoritairement de Nogent, on notait la participation d’associations et d’élus de plusieurs villes du Val de Marne : l’Association Santé et Environnement Vieux Saint Maur, le Collectif Vigilance Antennes-Relais de Fontenay sous Bois, et des élus de 4 villes : Guyland Pierre Emile (Verts, Champigny sur Marne), Annie Lahmer (Verts, Nogent sur Marne), Philippe Genest (Ps, Bry sur Marne) et Benoît Willot (Ps, Joinville).

Pour l’ACN, « le débat a permis à des riverains d’antennes d’apporter leur propre témoignage. Agnès Perrin , Présidente de l’Association Santé et Environnement Vieux Saint Maur, a rappelé ses trois ans de combat pour faire enlever des antennes-relais placées à quelques mètres de son appartement. Elle a montré une photo particulièrement choquante de l’antenne posée juste au dessus de la chambre de ses enfants. Son action ainsi que celle de la centaine de membres de son association, a abouti au transfert des antennes dans un cimetière, grâce notamment au soutien de la mairie et qui prend désormais systématiquement des arrêtés municipaux pour encadrer rigoureusement les poses d’antennes à Saint Maur.

« Janine le Calvez, Présidente de Priartem, a répondu aux nombreuses questions et a insisté sur la nécessité de maintenir la téléphonie fixe (qui fonctionne très bien sans risques pour la santé), mise à mal par les opérateurs qui souhaitent privilégier la téléphonie mobile. On voit en effet de plus en plus de personnes ne plus avoir qu’un numéro de téléphone portable. Elle a aussi évoqué le Kiditel, ce téléphone avec géolocalisation permettant aux parents de connaître à tout moment où se trouvent leurs enfants. Elle nous a fait part, en avant-première, de la programmation d’une réunion sur le sujet avec le ministère de la santé. »

Le président de l’ACN, Marc Arazi a insisté « sur le respect des témoignages des riverains d’antennes-relais dont les souffrances et les différents symptômes (maux de têtes, vertiges, insomnies, asthénies, nausées,…) ne sont pas reconnus. Plus grave, le discours officiel tend à les discréditer en les faisant passer pour des personnalités psychologiquement fragiles. On a pu noter dans le reportage l’initiative des médecins allemands qui ont signé une pétition pour que soit pris en compte les symptômes évoqués dans leurs cabinets. »

L’ACN est engagée depuis 3 ans sur ce dossier, après la tentative d’installation sans concertation près du groupe scolaire Val de Beauté à Nogent sur Marne. Elle estime que beaucoup de choses ont changé depuis et que,  dans de nombreuses villes du Val de Marne, l’information des riverains et des utilisateurs fait son chemin. Mais pour elle il « faut continuer et gagner la bataille de l’information. »

Le documentaire est mis en ligne sur le site de l’ACN.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans environnement
commenter cet article

commentaires

guillaume 22/12/2008 23:34

3 nouvelles antennes à Polangis  ! la Dt est déposé au 80 AV guy moquet , on lit 82 sur l'immeuble! la DT a été délivrée le 31/12/2007  ( ref : DT 9404207N4O75) !  l'affichage date de quelques jours ( nous sommes le 22/12/08).un recours a-t-il été engagé? est-ce trop tard ?.Je suis prête à déposer un recours , que puis-je faire?? merci de votre retourcdtSG

Riverains de l'Elorn 24/02/2008 09:56

Voici une situation transposable à nombre de communes concernant l'implantation des antennes relaisUrgence pour le futur maire de trouver une solution à la trop grande exposition des Landernéens aux champs électromagnétiques émis par 18 sites au niveau de la ville même !Le 23 février 2008  En une décennie, le paysage électromagnétique français a été foncièrement modifié par l’apparition de la téléphonie mobile : aujourd’hui, plusieurs dizaines de milliers d’antennes relais sont disséminées dans le paysage et assurent les communications de plus de 40 millions de téléphones portables.   Ces antennes situées sur des pylônes, des bâtiments, des faux arbres,… et les téléphones portables émettent des champs électromagnétiques à hautes fréquences, aussi appelés « micro ondes » ou « ondes pulsées ». La loi en vigueur aujourd’hui, en matière d’exposition du public à ces ondes, s’est appuyée sur les recommandations de 1998 de la Commission Internationale de Protection contre les Rayonnements Non Ionisants (CIPRNI) qui sont assises sur les seuls effets établis par certaines données scientifiques de l’époque, les effets thermiques (réchauffement des tissus humains)  pour une exposition de 6 minutes seulement. En 10 ans, les études visant à évaluer l’incidence éventuelle d’une exposition chronique (antennes relais) ou chronique et aigue (téléphones portables) aux micro-ondes issues de la téléphonie mobile se sont multipliées. Les résultats qui nous parviennent au fil des ans ne sont pas de nature à nous rassurer : Les résultats d’un rapport gouvernemental hollandaisTNO (2003) met en relief, pour des sujets soumis à des émissions de radiofréquences de type antennes relais (GSM 900 MHz – DCS 1800 MHz – UMTS 2100 MHz), des troubles biologiques : modifications globale du bien être, de l’attention visuelle, du temps de réaction, du sentiment d’hostilité, de la mémorisation… Les résultats du programme de recherche européen REFLEX (2005), 12 équipes de recherche dans 7 pays d’Europe, confirment des effets des ondes de téléphones mobiles sur la structure de l’ADN. L’AFSSET ( agence française de sécurité sanitaire environnementale et du travail) mentionne dans un de ses rapports (2005) la porosité de la barrière hématoencéphalique (sang/cerveau) qui filtre , pour protéger le cerveau, l’entrée des molécules circulant dans le sang chez des sujet exposés aux micro ondes. Le ministère de la santé a publié une plaquette (2007) à l’attention des utilisateurs de téléphones portables prodigant quelques conseils pratiques : éviter de téléphoner en se déplaçant, être vigilant dans les zones de mauvaise réception, conseiller à un enfant un usage modéré, etc. Le rapport Bioinitiative (septembre 2007) passe en revue 1500 travaux publiés et signale les effets génétiques, les effets génotoxiques, les effets sur les protéines du stress, les effets sur la fonction immunitaire, les effets sur la neurologie et le comportement, les effets sur la production de la mélatonine, le développement de tumeurs sous l’influence des Champs électromagnétiques. Dernièrement (janvier 2008) selon une étude israélienne menée dans 16 pays, l'utilisation régulière d'un téléphone cellulaire augmente le risque d'une personne de développer une tumeur de la glande parotide (la plus volumineuse des glandes salivaires) d'environ 50% La recherche était financée par l'Association internationale contre le cancer dans le cadre d'un projet de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et est publiée dans la revue American Journal of Epidemiology. Au-delà de la recherche, il y a le terrain :  L’étude en situation du professeur Santini (2002), établit une corrélation entre troubles biologiques ressentis par les riverains d’antennes et la distance qui les sépare des émetteurs. St cyr l’école (Yvelines- 2003), Ruitz (Pas de calais- 2005), Lyon (2008) sont trois sites où des cas de cancers ont été observés chez des enfants fréquentant des écoles à proximité desquelles étaient implantés des émetteurs de téléphonie mobile. Ces derniers avaient été désactivés par la suite. Une étude, rendu publique récemment (2008) , a été conduite sous la direction du Docteur Guerd OBERFELD en Autriche et confirme une augmentation significative du risque de cancers pour les riverains d’antennes-relais de téléphonie mobile. Des témoignages de riverains d’antennes se multiplient : insomnies, irritabilité, etc. sont au premier plan des effets immédiats ressentis par ces personnes là  dès lors qu’une antenne est mise en service à proximité de leur habitation.  Après  la lecture de la littérature scientifique abondante aujourd’hui et des témoignages de riverains d’antennes et  des utilisateurs de téléphone portables il ne fait nul doute à nos yeux que la nocivité des micro-ondes relatés à de multiples reprises doit faire l’objet d’une attention particulière ! Aussi plusieurs députés de tous bords ont déposé une proposition de loi, au mois de décembre 2007, visant à réduire  le seuil d’exposition du public aux champs électromagnétiques hautes fréquences à 0.6V /m (contre 70 fois plus aujourd’hui pour le GSM 900 MHz par exemple)   Nombreux sont les maires qui ont choisi d’implanter ou de déplacer les antennes relais à plus de 300 mètres des habitations adoptant ainsi le principe de précaution. Si chacun d’entre nous peut limiter ou supprimer son exposition aux micro-ondes émises par le téléphone portable, il en est tout autrement concernant les antennes relais. Elles sont souvent implantées sans réelle concertation avec les riverains et exposent ces derniers 24h sur 24 à leurs émissions dans leur intimité c'est-à-dire dans leur habitation. A LANDERNEAU même, le panorama électromagnétique haute fréquence est diffus. En effet, 18 sites émettent des radiofréquences ! Et nous nous étonnons que le Plan Local d’ Urbanisme (PLU) n’ait pas permis de regrouper les différentes sources électromagnétiques sur des sites limitant l’exposition des Landernéens aux hautes fréquences. Quatre sites nous apparaissent aujourd’hui comme particulièrement préoccupants : Route de Quimper : antenne relais de téléphonie mobile implantée dans une « cuvette » au milieu des habitations. Kergreis : antennes relais de téléphonie mobile et faisceau hertzien situés sur des immeubles même !! Un organisme officiel tel que l’AFSSET, préconise de ne pas implanter des antennes dans des zones sensibles : des habitations hébergeant des êtres humains et notamment des enfants ne doivent-elles pas être considérées comme des zones sensibles ?! Bel Air : Télévision, Radio et réseau privé se côtoient sur un pylône entouré de toutes parts d’habitations. Penhoat : pylône portant des antennes de téléphonie mobile autour duquel des lotissements sont en construction !! Les élections municipales ne sont-elles donc pas l’occasion, pour le futur maire, de proposer une solution globale et durable au problème des champs électromagnétiques HF et plus particulièrement aux ondes pulsées émises par la téléphonie mobile qui continuent leur progression aujourd’hui sur la commune (Penhoat : accord ANFR pour l’UMTS, Mescoat : accord ANFR pour la FM,etc.).  Association, « LES RIVERAINS DE L’ELORN » Riverains.elorn@voila.frhttp://riverainsdelelorn.vox.com/42 rue Théodore Botrel, 29800 LANDERNEAUTel : 0298853411

Benoit Willot 26/02/2008 10:46

Il est effectivement très important de bien mesurer les effets des rayonnements;

Riverains de l'Elorn 18/11/2007 14:35

Comme des milliers de riverains d'antennes relais de téléphonie mobile, nous nous sommes interrogés sur les effets possibles  sur la santé de ces installations.Aujourd'hui, après plus de 5 années de lutte, de recherche, nous avons rassemblé et organisé sur notre blog les étapes de notre démarche et les informations distribuées aux riverains.Ainsi, si vous vous engagez dans une voie analogue à la notre, sur le terrain, nous espérons que vous gagnerez du temps !Notre blog:http://riverainsdelelorn.vox.com/Notre adresse mail:riverains.elorn@voila.fr

Lysiane Brasset 22/08/2007 23:57

Bonjour
Ayant habité à Joinville pendant de nombreuses années dans le quartier Polangis avant de redevenir Vincennoise, je voulais vous demander si le collège Jules Ferry est toujours couvert d'antennes-relais, si les riverains se manifestent et si vous connaissez la position et les réactions éventuelles du maire par rapport à ce problème environnemental.
A Vincennes la "préoccupation" concerne surtout l'esthétique, les éventuels problèmes sanitaires étant simplement niés et considérés comme de la somatisation : "il faut bien que les opérateurs opèrent"
Merci d'avance pour votre réponse
Lysiane Brasset (adhérante PRIARTeM )

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes