Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Du totalitarisme et de la médecine

Publié par benoit Willot sur 5 Février 2005, 00:00am

Catégories : #politique

Dans le Magazine d'information municipal de Joinville le Pont de février 2005, la conseillère municipale Christine Martin (Mouvement écologiste indépendant) lance une violente diatribe contre la réforme instituant un médecin traitant. C'est son droit le plus stirct, et je ne lui reprocherai certes pas de critiquer le gouvernement. Mais examinons tout de même ses arguments

S'indignant d'être obligée de répondre à un questionnaire, elle questionne "Suis-je la seule à penser que c'est une méthode digne d'un pays totalitaire ?" Et bien non, il y en a d'autres. Une foultitude de populistes anti-impôts partagent son sentiment.

En voici un par exemple. Michel de Poncins dirige le groupuscule Action libérale qui se réclame du néo-conservatisme américain et d'Alain Madelin. Il s'affiche d'ailleurs sous le drapeau des Etats Unis. Le 20 decembre 2004, il qualifie le médecin traitant de "nouvelle calamité", relevant d'un "système d’essence totalitaire et ubuesque". Il est vrai que ce sont chez lui des termes qui resservent souvent. Le 17 décembre, il déclarait que la "cohésion sociale n’est qu’une chimère" relevant de la P.U.T. ou Pensée Unique totalitaire [on appréciera l'élégance du langage]. Il qualfie donc naturellement de "calamité" le plan Borloo.

Mais au-delà de cet apparentement qui, après tout, regarde Christine Martin, il faut tout de même faire quelque réflexions. Il y a eu hélas en Europe des régimes totalitaires. Les médecins y ont joué un rôle significatif. Dans l'Allemagne nazie, on connaît le triste exemple du Dr Mengele et de ses expériences sur les déportés internés à Auschwitz ainsi que l'importance de l'idéologie eugéniste. En Union soviétique, des psychiatres ont cautionné l'internement des opposants. Sachons donc garder raison ; Douste Blazy n'est pas Goebbels, ni Raffarin Mussolini. L'horreur des totalitarisme plane encore sur nos sociétés, et, pour le combattre, il faut cesser de banaliser le terme et de l'appliquer à n'importe quel propos.

Un costume de médecin sous la Renaissance

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents