Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 00:02

Le 11 août dernier, le tribunal de grande instance de Créteil (Val de Marne) interdisait le projet d’‘implantation d‘une antenne-relais à proximité de logements suite à une plainte déposée en référé par deux habitants de l’avenue d’Italie à Paris, dans le 13e arrondissement et par le conseil syndical d‘un immeuble voisin.

Selon les médias, c’était la première fois que le principe de précaution était utilisé pour l’interdiction d’un projet d’antenne de téléphonie mobile proche de lieux où vivent des populations adultes, alors qu’il a déjà servi pour des projets proches d’espaces fréquentés par des enfants.

L’opérateur (Orange) s’est vu frappé d’une interdiction préalable à l’installation d’une antenne-relais à moins de 50 mètres d’une habitation. Les plaignants redoutaient les effets que pourraient avoir sur leur santé les émissions des ondes électromagnétiques.

Pour le juge, « même si les connaissances scientifiques actuelles ne permettent pas de déterminer avec certitude l’impact exact des ondes électromagnétiques lorsqu’elles traversent les parties communes de l’immeuble, il existe un risque qui ne peut être négligé de répercussion de ces ondes sur l’état sanitaire des habitants se trouvant à l’intérieur ». L’opérateur a fait appel de la décision.

Le représentant départemental de l’association Pour une règlementation des implantations d’antennes relais de téléphonie mobile (Priartem), Marc Arazi, conseiller municipal de Nogent sur Marne, revenait, le 2 septembre, sur son blog sur une « situation similaire ne bénéficiant pas d’une situation si heureuse à Joinville le Pont » et poussait donc un « coup de gueule. »

Il expliquait : « Les deux réunions de concertation en fin d’année dernière [2008] sous l’égide de la sous-préfecture et auxquelles j’ai participé au titre de Priartem n’ont servi à rien. En effet l’opérateur SFR n’a pas du tout joué le jeu de la transparence et ne veut pas entendre parler de la mise en place du seuil de 0,6Volts/m autour des riverains de l’antenne-relais. »

Il préconise une information publique à grande échelle sur les risques liés à une utilisation intensive des téléphones portables et une limitation des champs électromagnétiques à 0,6 volt par mètre.

Plusieurs municipalités, dont Joinville et Nogent, ont déclaré vouloir être candidates pour cette expérimentation qui s’avère concluante dans d’autres lieux où elle a été testée, comme à Salzbourg, en Autriche. Le dépôt des dossiers de candidature se fait jusqu’au 31 octobre et, selon le secrétariat d'Etat à l'Ecologie « dix à vingt communes ou communautés seront retenues pour les expérimentations sur l’abaissement de l’exposition des antennes existantes. Cinq communes ou communautés seront retenues pour les expérimentations sur la concertation et l’information, s’inscrivant dans la perspective de l’implantation de nouvelles antennes. »

 

 Immeuble de l'avenue Guy Môquet accueillant des antennes de téléphonieDans un rapport diffusé le 15 octobre 2009, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail affirme que « les ondes magnétiques n’ont pas d’effet établi, sur la santé, à court ou à long terme » L’Afsset préconise cependant la prudence et recommande de poursuivre les études sur le sujet tout en conseillant de limiter les expositions du public.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans environnement
commenter cet article

commentaires

Marc Arazi 02/11/2009 14:55








Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes