Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 23:08

Le festival Courts dans l'herbe qui se tenait chaque année au Parc de l'Abbaye à Saint Maur des Fossés brassait énormément de monde, et notamment des jeunes.

Depuis juin 2005, plus d’une centaine de bénévoles organisaient cette curieuse manifestation, où tous les arts étaient représentés : cinéma d’abord, mais aussi musique, théâtre, peinture, sculpture, arts du cirque et de la rue…

Le festival gratuit se déroulait au sein des ruines de l’abbaye Saint-Pierre du Fossé, un bâtiment du VIIe siècle qui accueillit en particulier Rabelais. Des artistes contemporains redonnaient ainsi couleur et vie aux Bords de Marne.

Mais à la fin de l’année 2009, la municipalité de Saint-Maur-des-Fossés n’a pas souhaité reconduire le festival au Parc de l’abbaye. Elle a proposé aux organisateurs de l’expatrier sur un stade à Sucy-en-Brie. C’est citant François Rabelais que l’association a fait connaître sa réponse : « Tirez le rideau, la farce est jouée. »

Mais les jeunes qui, chaque année, se consacraient à organiser ce festival ne l’entendent pas de cette oreille. Quatre d’entre eux, lycéens ou étudiants, ont monté un évènement sur le réseau social Facebook « Les jeunes existent, on réclame Courts dans l'herbe. Mobilisons-nous ! » que plus de 650 personnes ont soutenu.

Et ils ont organisé une manifestation, samedi 5 juin 2010, devant la mairie de Saint Maur. Ils étaient plus d’une centaine pour ce happening peu ordinaire.

Pour les promoteurs de manifestation, « Les personnes âgées prennent toute la place à Saint-Maur car pour Plagnol (le maire) nous n'existons pas. Courts dans l'herbe était la seule fête qui réunissait les jeunes de Saint-Maur et ses environs comme Joinville le pont (vous remarquerez le jeu de mot) ! En effet, les artistes peu connus pouvaient partager leurs passions que ce soit de la musique ou des courts-métrages ! Les concerts, le thé à la menthe du marocain et ses pâtisseries, la marche dans les buissons très bizarres, l'ambiance, les retrouvailles, les bonnes binouz, et ce fabuleux concept qui rendent Saint-Maur plus festif ! »

Pour les « binouz », je ne suis pas sûr, mais je pense qu’il s’agit d’une bière…

Le député-maire de Saint Maur, Henri Plagnol (Ump) n’a pas apprécié et a publié, le 2 juin 2010 un communiqué de presse où elle estime ne pas être responsable de la non-réalisation du festival. Pour la municipalité, « un changement de lieu était rendu inéluctable dès cette année » car « le Parc de l’Abbaye est par nature peu compatible avec l’organisation d’un festival de masse. »

Il aura fallu cinq ans pour s’en rendre compte. Mais peut-être est simplement la réussite de ce rassemblement culturel annuel qui dérangeait.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans cinéma et jeux vidéo
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes