Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Joinville-le-Pont au jour le jour
  • Joinville-le-Pont au jour le jour
  • : Information sur Joinville-le-Pont et le Val-de-Marne, Politique, urbanisme, économie, emploi, environnement, culture, logement, sports, élections, vie locale
  • Contact

Recherche

Benoit Willot

Ancien conseiller municipal de Joinville le Pont (France, Val de Marne)

58 ans, chargé de mission dans un organisme d'emploi et de formation

benoitwillot@joinville-le-pont.info

 

Joinville-le-Pont au jour le jour est compatible avec tous les téléphones portables permettant un accès à internet :

26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 00:09

Le président de l’Asep (l'Association de sauvegarde de l'environnement de Polangis et du quai de la Marne), Michel Riousset compare notre rivière avec le légendaire lac écossais dans le bulletin de l’Asep d’octobre 2009.

« On les pensait bien enterrées à jamais les vieilles chimères de Marne au sujet de l’autoroute ! Eh bien non ! Tel le monstre du Loch Ness, un nouveau danger – bien réel celui-ci - a surgi d’un coup au cœur de l’été [2009] : un immense chantier de constructions à l’étude sur les délaissés de l’autoroute de nos deux quartiers. »

L'ASEP, créée en 1975 est, dans une certaine mesure, née de la construction de l'autoroute A4 en 1974. Le chantier avait été accompagné d’un « cortège d'expropriations de pavillons, ses norias de camions dans des rues non prévues pour ce trafic, la poussière, les gravats, le bruit… »

L’Asep raconte « le feuilleton de l’autoroute A4 / A86 ». En 1987 projet « aberrant » de doublement de l'autoroute en aérien. Des expropriations ont repris sur deux bandes de part et d'autre de l'autoroute actuelle. Jusqu’en 1997 l’Asep s’est battue, pour que le doublement, si s’il devait avoir lieu, se fasse en souterrain.

En 1998, un projet de souterrain a été élaboré, confirmé en 2003 avant d’être abandonné en 2005. Fin 2006, une concertation publique aboutit à des préconisations faisant consensus, pour un aménagement du tronc commun aux autoroutes A4 et A86, avec des protections phoniques efficaces et le traitement des eaux polluées se déversant directement dans la Marne et le Petit Bras de Polangis.

Il y a pour l’Asep une inéquité : « force est de reconnaître que les communes voisines, toutes, obtiennent satisfaction – toutes sauf Joinville ». Depuis 2000, des protections sont mises en place à Maisons Alfort, Saint Maurice, Nogent, Champigny…

Mais la colère de l’association se tourne aujourd’hui vers le projet de l’Actep (Association des collectivités territoriales de l’est parisien). Le journal Le Parisien révélait, le 20 août 2009 que l'ensemble des maires des communes concernées par le tronc commun A 4 / A 86, dont l'actuel maire de Joinville, souhaitaient la création d'une longue zone permettant d’accueillir des entreprises sur les terrains dits « les délaissés de l'autoroute A 4 / A 86. »

L’Asep se plaint que le maire de Joinville ait « omis d'en informer l'ASEP » et estime qu’il  « comptait peut-être mettre tout un chacun devant le fait accompli. »

L’Asep s’insurge : « nos quartiers ne sont-ils pas suffisamment sinistrés par l'autoroute pour que l'on en rajoute avec d'autres pollutions sonores, une circulation automobile et un stationnement que nos voiries seraient incapables d'absorber, de nouvelles pollutions esthétiques, et la renonciation à l’aménagement ludique prévu sur les bords de Marne. »

L’Asep remarque également qu’Olivier Dosne, maire de Joinville-le-Pont, refuse de participer au Comité de défense de l’environnement du tronc commun A4-A86 « comme s’il souhaitait sa disparition. »

L’ASEP indique que, fidèle à sa vocation, elle restera la « cheville ouvrière » du Comité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Benoit Willot - dans autoroute
commenter cet article

commentaires

insoumis joinvillais 27/10/2009 15:21


Pour la majorité municipaleles choses seraient beaucoup plus simples si elle pouvait gérer Joinville sans les Joinvillais. Tous ces Joinvillais qui réfléchissent, qui s'associent, qui donnent leur
avis sur ce qu'ils veulent et sur ce qu'ils ne veulent pas. Pourquoi ne pas les écouter plutôt que de les traiter comme des ringards incapables d'évoluer alors qu'ils ont fait la preuve du
contraire.
Une association vieille de 30 ans et un comité de 20 ans sont une véritable chance pour la ville, pourquoi Monsieur Dosne ne veut il pas travailler avec et les ignore avec le plus grand des
mépris?
On comprend bien que seules ces associations défendent les Joinvillais contre les projets les plus fous des élites parisennes relayés par des élus locaux de la même veine que M. Dosne, plus
soucieux de faire plaisir au gouvernement qu'à la population qu'ils sont censés représenter et protéger au quotidien.


parisien joinvillais 27/10/2009 12:15


Je suis completement d'accord avec ça, simplement, je voulais juste pointer du doigt l'absurdité de stigmatiser toutes possibilités de developement qui puissent donner un sens à ce périmètre
sinistré depuis des années...
bien à vous


parisien joinvillais 26/10/2009 22:14


Une commune qui ne sait pas évoluer est une commune qui se meurt...
L'ASEP, fidèle à son habitude agite le chiffon rouge et se caricature elle -même,
la fumée de l'usine sur le dessin est afligeant...
Le projet du grand Paris c'est pas l'ASEP,
Les quartiers HQE, le éco- quartier, l'emploi, un toit pour tous, c'est pas l'ASEP,
Le projet du petit bout de gazon et de l'entre soi égoiste, ça c'est l'ASEP
j'aimerais bien l'avis de Benoit Willot


Benoit Willot 26/10/2009 23:33


Mon opinion est qu'il est grand temps de tenir les promesses faites aux riverains, joinvillais, nogentais, campinois ou autres, pour le traitement des rejets d'eau, du bruit, de l'éclairage et des
terrains délaissés. Quand tout ceci, qui est promis depuis des années, sera fait, on pourra parler d'autre chose. Mais certainement pas avant.


Un membre de l'ASEP 26/10/2009 15:10


Bravo à l'ASEP et au comité qui se battent depuis des années pour notre environnement pas comme monsieur Dosne ou seul l'ambition, et ses interêts personnels comptent.
A combien de réunions a participé monsieur Dosne avant qu'il devienne maire pour défendre les interêts des Joinvillais. Aucune, j'ai beau lire les comptes rendus. Aucune.Ne s'etait-il pas engagé
avant les municipales à défendre les interêts des riverains de Polangis? il faudrait que l'on lui remeetre le questionnaire qu'il avait signé.
On se rend compte monsieur Dosne que Joinville ne vous interresse pas. Tous les grand dossiers concernant notre ville sont dans les mains d'autres que vous.
Vous devriez faire autre chose que d'être maire.


Articles Récents

Urbanisme

L’avis publié le 6 mars 2010 par le commissaire enquêteur sur la création de la zone d’aménagement concerté (Zac) des Hauts de Joinville et la modification du plan local d’urbanisme (PLU) liée à cette opération est devenu défavorable avec le refus, par la majorité municipale, d’accéder aux réserves obligatoires formulées dans ce document.

L’enquête d’utilité publique la modification du plan local d’urbanisme concernant plusieurs zones d’activités tertiaires a lieu du 15 février au 15 avril 2010. Elle a porté principalement sur l’augmentation de la possibilité de construire sur l’actuel parking de la gare RER. Mais elle concernait aussi d'autres zones de Joinville comme la zone cinématographique Charles Pathé, le terrain de l'usine Eaux de Paris et la rue des Platanes.

Elections européennes