Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Double jeu

Publié par Benoit Willot sur 4 Novembre 2011, 00:02am

Catégories : #politique

Tribune libre des élus de gauche de la liste Joinville en mouvement, parue dans « Joinville-le-Pont magazine » (novembre 2011). Retrouvez les anciennes tribunes libres sur la page : Tribunes libres de la liste Joinville en mouvement.

 

Il y a le maire qui défend la réouverture d’une sixième classe à l’école P’tit Gibus. Et il y a le député qui vote un budget supprimant 14 000 postes d’enseignants. L’inspecteur d’Académie y a vu une sacrée contradiction. Et l’Éducation nationale a, malgré l’action des parents et malgré le vœu du conseil municipal en septembre 2011, maintenu la fermeture de la classe.

On connaît le maire qui fait adopter un vœu au conseil municipal en février 2010 pour le maintien d’une caisse de sécurité sociale. C’est le même qui défend, à l’Assemblée nationale, la suppression d’un fonctionnaire sur deux au niveau national et la réduction des agents des organismes de protection sociale. Le bureau de Joinville-le-Pont a fermé.

On se souvient du maire qui soumet en 2009 un vœu au conseil municipal pour garder une agence locale pour l’emploi dans la commune. C’est celui qui a décidé de fermer le service Agora Joinville emploi qui fonctionnait pour les chercheurs d’emploi de la ville.

On n’oublie pas le maire demandant le maintien du service de cardiologie de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil et émettant des réserves sur le plan régional de santé qui prévoit sa fermeture. Mais c’est un membre d’une majorité Ump qui impose la disparition de nombreux services hospitaliers et maternités.

Certains pensent qu’avoir un maire député peut être une chance pour une ville. C’est sans doute parfois le cas. Mais à Joinville, concrètement, on n’a jusqu’ici constaté aucun effet positif.

Au contraire, le cumul des mandats produit un effet désastreux. D’un côté, l’élu national au parlement détricote tout le système de services publics dont bénéficiaient jusqu’ici les Joinvillais. De l’autre côté, l’élu local fait semblant de défendre les intérêts de la commune en se plaignant des conséquences des politiques qu’il soutient.

Ce sera un des enjeux des élections présidentielles et législatives de 2012 de remettre de la cohérence dans les choix politiques. Il ne s'agit pas seulement de dénoncer les effets de la politique de la droite au plan local, il faut changer de politique au niveau national. 

 

 Manifestations-2067-copie-1.jpg Manifestation à l'école P'tit Gibus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luc L'Eclair 06/11/2011 17:26



Pas besoin de tourner autour du pot...


Monsieur Dosne est ce qu'on appelle communément un député godillot.


De la meilleure extraction.


Il suffit de parcourir son blog et (accessoirement) celui de son laquais, Candide machin (osons d'ailleurs émettre la forte probabilité que le même scribouillard rédige les deux proses, tellement
semblables...) pour se rendre compte de la vacuité crasse de cet élu.


Plus que six mois... 



glandidus 04/11/2011 14:53



 


l ne suffit pas de cumuler les indemnités de Maire de député et pendant un temps de conseiller régional pour être un élu responsable.
Quand M. Dosne comprendra-t-il que l'élection à un ou plusieurs mandats ne donne pas pour autant un projet , une vision politique. Il se contente de suivre ses petits camarades de l'UMP à
l'Assemblée Nationale qui lui font voter des lois dont il ne mesure pas les conséquences alors qu'il est amené à en assumer localement les désagréments. Dur dur d'être cumulard. Peut-être
devrait-il demander conseil à son futur rival le Député Maire Herbillon de Maisons-Alfort qui est élu Maire avec plus de 63 % des voix et qui vient de récupérer Joinville-le-Pont dans sa
circonscription. Il va devoir aux législatives de 2012 tirer le boulet que représente Joinville depuis que M. Dosne y est élu ( avec péniblement 40 % des voix).


 



glandidus 04/11/2011 11:12



 


 


Il ne suffit pas de cumuler les indemnités de Maire, de Député et un temps celles de Conseiller Régional pour être un élu responsable. Quand M.
Dosne comprendra-t-il qu'un ou plusieurs mandats, ne remplaceront jamais un véritable projet, une réelle vision politique ?


Les contradictions dans lesquelles il est empêtré traduisent son incapacité à prendre de la hauteur face aux enjeux de société, que ce soit au
niveau local ou au niveau national. Il suit ses petits camarades de l'UMP sans comprendre les conséquences des décisions qu'il vote à l'Assemblée Nationale. Nous avions un petit pharmacien rue de
Paris, nous avons eu un petit maire en 2008, nous avons aujourd'hui un petit député.


 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents