Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joinville-le-Pont au jour le jour

Joinville-le-Pont au jour le jour

La vie locale sur les bords de Marne


Eau : 12 ans de plus avec Véolia

Publié par Benoit Willot sur 25 Juin 2010, 23:53pm

Catégories : #environnement

Les élus du Syndicat des eaux d'Ile-de-France (Sedif) ont majoritairement voté, à bulletin secrets, en faveur de l’offre du groupe privé Véolia Environnement le 24 juin 2010. Veolia, son concurrent, avait été écarté en mai.

Le contrat est d’une valeur de 3,7 milliards d'euros sur une durée total de 12 ans. Çà permettra donc à la société, qui détient une délégation de service public depuis 1923, de fêter son centenaire à la tête d’un des plus gros contrats au monde dans ce domaine.

Pour obtenir le renouvellement du marché, Véolia a dû consentir une baisse de 14% sur ses facturations. C’est précisément la hausse constatée en 4 ans à Joinville-le-Pont, l’eau y étant passé d’un prix moyen au m3 de 3,84€ en 2006 à 4,37€ en 2010, selon les indications du SEDIF.

Les élus de Joinville ont voté en faveur du contrat avec Véolia, tout comme l’ensemble des élus de droite qui ont soutenu la position du député-maire d'Issy-les-Moulineaux et président du Sedif, l’ancien ministre André Santini (Nouveau Centre). 83 voix se sont prononcées pour, 20 contre et 22 se sont abstenues. La gauche s’est divisée.

Des élus, favorables à une gestion publique de l’eau se sont opposés au contrat. C’est le cas notamment de Philippe Kaltenbach, maire Ps de Clamart (Hauts-de-Seine) ou du président de la communauté d’agglomération du Val de Bièvre (Val de Marne), Christian Métairie (Europe écologie).

D’autres élus, comme Dominique Voynet, maire (Verts) de Montreuil (Seine Saint-Denis), faisant le constat que rien ne changerait au SEDIF ont décidé de se retirer. C’est le cas de la communauté d’agglomération Est Ensemble et de la ville de Viry-Châtillon, dont le maire est Gabriel Amard (parti de gauche).

Mais une partie des élus de gauche ont choisi l’abstention, estimant comme Gilles Poux, maire Pcf de La Courneuve (Seine Saint-Denis), qu’il y avait « des évolutions positives » avec le nouveau contrat.

Une partie non négligeable de la gauche (tous groupes confondus) a également voté en faveur du contrat, sans doute une quinzaine d’élus.

Le retrait de 11 villes devrait cependant provoquer une baisse sensible de l’importance du contrat, puisqu’elles représentaient 10% du chiffre d’affaires total du SEDIF, qui ne desservira donc plus que 133 communes au lieu de 144.

En dehors de l’Île de France, d’autres communes se rallient également à une gestion publique de leurs ressources en eau. Grenoble a été une ville pionnière ; Brest et Montbéliard viennent de prendre le même chemin.

Je plaide depuis des années en faveur d’une gestion de l’eau en régie publique, à l’image de ce que font nos voisins de Paris depuis l’an passé et de Saint Maur des Fossés… depuis toujours. Mais, malgré mes demandes, aucun débat sur cette question n’a jamais été organisé au conseil municipal de Joinville.

  Christian Métairie, un des opposants à la délégation à Véolia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents